Figure de Bouddha assis affichant le Dharmachakra Mudra

Figure de Bouddha assis affichant le Dharmachakra Mudra


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Histoire, faits et folklore du Bouddha Vairocana

Dans le bouddhisme sino-japonais, Vairocana est l'incarnation du bouddhisme chantant le Dharma ou la vacuité. Il est au centre du concept des 5 Bouddhas sages dans le bouddhisme vajrayana. Son épouse est White Tara. Chaque Bouddha de méditation a un Dakini attaché.

Vairocana est l'un des 5 bouddhas zen créés par le bouddha Adhi. En sanskrit, le nom signifie “brillant” ou “incarnation de la lumière”. C'est la principale figure emblématique du bouddhisme Mahayana, en particulier dans le Vajrayana et d'autres traditions ésotériques.


Figure de Bouddha assis affichant le Dharmachakra Mudra - Histoire

Le temple a été construit pendant le règne du roi Ramathibodi II (r. 1491-1529), le
10e roi de la dynastie Ayutthaya Suphannaphum/Suphanburi en 1503 et a reçu le
nom Wat Phra Meru Rachikaram. [1] Le Wat Phra Meru occupait une place de choix dans
devant le Palais Royal. Comme son nom l'indique, il doit avoir été établi à un Royal
zone de crémation.

Le roi Chakkraphat (r. 1548-1569) a capturé beaucoup d'éléphants blancs pendant son règne et
cette nouvelle franchit rapidement les frontières. Le roi de Birmanie demanda à nouveau d'obtenir deux
animaux, une demande qui a été rejetée par le Siam. En 1563 (1), le roi de Birmanie,
Bayinnaung (r.1551-1581), descendit avec une grande armée afin de faire respecter son
demander. Il captura toutes les villes du nord et descendit sur Ayutthaya. roi
Chakkraphat a vu que l'armée birmane était largement plus nombreuse que la sienne et a décidé de résoudre
la question par le biais de pourparlers. Il ordonna d'ériger un édifice royal avec deux trônes, égaux en
hauteur dans la zone entre le monastère Phra Meru Rachikaram et le Hat sa dawat
Monastère. Puis il fit préparer un trône orné de joyaux plus haut que le royal
trônes, et avait une image de Bouddha pour présider la réunion. Les conditions imposées par le
roi de Birmanie étaient onéreux. Prince Ramesuen, Phya Chakri et Phya Sunthorn
Songkhram, les chefs du parti de la guerre, devaient être livrés en otages, un
un tribut de trente éléphants et de trois cents chats d'argent devait être envoyé en Birmanie,
et les Birmans devaient se voir accorder le droit de percevoir et de retenir les droits de douane de
le port de Mergui - alors le grand centre commercial du commerce extérieur. En plus de cela, quatre
des éléphants blancs devaient être remis, au lieu des deux demandés à l'origine. roi
Chakkraphat n'avait pas d'autre choix que de livrer pour garder une trêve. Tous les prisonniers siamois étaient
libéré et l'armée birmane est revenue.

"Lorsque le roi Maha Cakkraphat fut informé du contenu de la lettre royale, il
pris sa décision, “Cette fois, leur armée est [BCEF : exceptionnellement] énorme et
il semble être au-delà de la capacité de nos soldats de sauver la capitale. Si nous faisons
ne sortiront pas, les moines, les brahmanes, les habitants, les citoyens et la population seront tous
face à la perdition et à la destruction, et même la Sainte Religion sera déshonorée.
Nous devrons sortir. Même si le roi de Hongsawadi ne respecte pas constamment
par ses promesses, comme dans la lettre royale qui est arrivée, nous veillerons à ce que notre
les promesses sont fermement tenues. » Ayant ainsi décidé, il fit préparer une lettre royale pour
préciser où il se rendrait et demander à une ambassade de le faire pour le présenter à
le roi de Hongsawadi. Puis il ordonna aux fonctionnaires de sortir pour ériger un palais royal
bâtiment avec deux trônes royaux, égaux en hauteur et espacés [BCDF : quatre] [E :
un] sòk à part, dans la zone entre
Monastère Phra Meru Rachikaram et
Monastère de Hatsadawat. Puis il fit préparer un trône de pierreries plus haut que le
trônes royaux, et a fait escorter les Saintes et Glorious Triple Gems pour présider
au cours de la réunion."
[2]

En 1570, l'année suivant la première chute d'Ayutthaya, le Cambodge envahit le Siam et
campé au nord d'Ayutthaya. Le roi du Cambodge pensait après la guerre
avec les Birmans pour trouver une ville sans défense, facile à capturer et en a profité pour
régler de vieux comptes. Sa pensée s'est avérée fausse alors que la capitale siamoise offrait un
résistance et les forces cambodgiennes ont dû battre en retraite avec de lourdes pertes.

"Le roi de Lawaek a avancé avec son armée et [B : le roi de la loiæk est venu
et] arrêta son éléphant à Sam Phihan [CDEF : Monastère]. Et l'ennemi
des troupes étaient postées à intervalles réguliers à Rong Khòng [BDF : Monastère] et à Kuti Thòng
Monastère. Puis ils ont amené une trentaine d'éléphants et les ont arrêtés dans [B: Na]
Monastère Phra Meru Rachikaram avec environ [B : cinq] [CDEF : quatre] mille
hommes."
[3]

En 1760, le roi birman Aloungphaya (r.1752-1760) envahit Ayutthaya. Au premier
jour de la lune croissante du sixième mois au matin de l'année 1760, le birman
positionnèrent à nouveau leurs armes à Wat Phra Men (traduit par Cushman comme le Saint
Monuments funéraires) et au Monastère de l'Atterrissage des Éléphants. Ils ont commencé à tirer
sur le Grand Palais pendant la journée et la nuit et ont même pu frapper et détruire
la flèche du palais. Le lendemain, les Birmans se replient vers le nord jusqu'à Ava, le long de la
Fleuve Chao Phraya. Le roi de Birmanie est mort avant d'atteindre la frontière à Mokalok en
Province de Tak. Suite à certaines versions des Chroniques Royales d'Ayutthaya (RCA),
le roi birman Alaungphraya est tombé malade, bien que suite à l'autographe royal
version, il a été blessé par l'explosion d'un gros canon. Il retourna dans sa palissade
et a décidé d'abandonner la campagne. J'ai trouvé bien que nulle part mentionné dans l'un des
Versions RCA que l'éclatement du canon s'est produit au Wat Na Phra Men.

"Quand c'était le soir, les Birmans abandonnèrent [B : en campagne] et traversèrent
sur [la rivière] jusqu'aux rives du côté du monastère de la Montagne d'Or.
[BCD : Le matin de] [F : Quand il était ____ jour,] le premier jour du
lune croissante au sixième mois, [F: le matin,] les Birmans ont apporté leur
grands canons [BCD : avant], les positionner à la
Monastère [BCD : devant]
[F : du Temple de la Série des] Saints Monuments Funéraires
[F: et à la
Monastère de l'Atterrissage des Éléphants], et les visa et leur tira en salves sur le
Enceinte du palais royal sacré et à la [BF : Sainte] salle du trône de l'Éternel
Maître du Soleil de jour comme de nuit. [F: Ils ont frappé la flèche de
le palais et l'a détruit.]"
[4]

Il y a un record que Wat Na Phra Men a été rénové pendant le règne du roi
Borommakot (r. 1733-1758). Après Ayutthaya a été limogé par les troupes birmanes, Wat
Na Phra Men a été laissé sans surveillance pendant plus d'un demi-siècle jusqu'à ce que Phraya Chai Wichit
qui était le maire de la ville sous le règne du roi Rama III l'a restauré entre 1835 et
1838. Le style traditionnel d'Ayutthayan a été maintenu. Phraya Chaivichit a réuni les
restes d'antiquités, qui ont été dispersés dans la ville, afin qu'ils puissent être conservés à
ce monastère. [5] D'autres rénovations ont eu lieu en 1914 et 1957.

La salle d'ordination est orientée au sud et mesure environ 50 m sur 16 m. L'ubosot
a des porches avant et arrière avec des balcons surélevés de 4 m de long au centre qui sont
utilisé pour abriter une image de Bouddha debout. Kasetsiri et Wright soulignent que c'était une porte
avant probablement à l'usage exclusif de la royauté. [1]

Le pignon de l'ubosot est en bois sculpté apprêté avec de la laque noire et recouvert d'or
feuille représentant Vishnu (en Thaïlande appelé Phra Narai ou Narayan) montée sur Garuda, sur
sommet de la tête de démon Rahu (2) placé entre deux Nagas et flanqué de 26 célestes
êtres (deva – thewada). Chacune des quatre mains de Vishnu tient ses objets classiques étant un
trident, un disque, une conque et un bâton. Au sommet de Vishnu se dresse un parapluie royal à plusieurs niveaux
et derrière sa tête un halo encadré d'arc. Le pignon du Wat Na Phra Men est considéré
l'une des plus belles œuvres artistiques d'Ayutthaya.

A l'entrée principale sud, il y avait devant trois portes. La grande porte du milieu était
plus tard bloqué, ne laissant qu'une fenêtre haute. Du côté nord, il y a deux petits
des portes. Les portes sont en bois de teck (Mai Sak) et décorées de laqué
motifs. Au-dessus des portes, il y a des dalles de marbre avec d'anciens caractères khmers et thaïlandais
Nombres. A l'intérieur de l'ubosot, il y a deux rangées de huit énormes piliers octogonaux avec des lotus-
capital de bourgeon soutenant la structure de toit en bois. Les poutres en bois sont magnifiquement
sculpté et le plafond est orné de sculptures en bois représentant des étoiles et la lune.

Les murs intérieurs de la salle d'ordination étaient recouverts d'une peinture de 80 bouddhistes
moines avec Bhikku (nonnes) derrière eux. La peinture a été blanchie à la chaux lorsque le
ubosot a été restauré. Les murs de la salle sont sans fenêtre mais ont une ouverture consistant en
d'une fente verticale pour permettre à la lumière d'entrer et de ventiler, appelées fausses fenêtres a
style décoratif montrant un motif en forme de fenêtre. La lumière du soleil entrant se reflétant sur le
l'image dorée de Bouddha donne un effet époustouflant. [5] L'utilisation de fausses fenêtres au Siam
existait déjà à l'époque d'Ayutthaya moyen, mais a ses racines beaucoup plus tôt, comme on peut
voir son utilisation déjà à Angkor.

L'image de Bouddha la plus importante dans la salle d'ordination a été nommée Phra Bouddha
Nimitr Vichit Maramoli Sisanpeth Boromtrailokanat
. L'image couronnée se trouve dans le
Dominant la posture de Mara et mesure 6 m de haut et 4,50 m de large sur les genoux. [5]
L'image était moulée en métal et recouverte de feuilles d'or. Les particularités de Phra Buddha
Nimitr Vichit Maramoli est que l'image est vêtue d'une robe royale avec une couronne,
boucles d'oreilles, collier, ornement de poitrine et de bras. Il date vraisemblablement du règne du roi
Prasat Thong, lorsque de telles images de Bouddha sont devenues populaires à la fin de la période d'Ayutthaya.
[7]

Kasetsiri et Wright déclarent que l'image de Bouddha pourrait se référer à Maitreya (3), le
Bouddha du futur. Une autre explication est donnée en se référant à la légende lorsque Lord
Bouddha s'est occupé de Jambupati. La légende de Jambupati était très populaire auparavant dans
Birmanie. Les archives rappellent l'humiliation d'un roi vantard, Jambupati, par le Bouddha.
L'histoire raconte comment le Bouddha a amené Jambupati devant lui après avoir d'abord
s'est transformé en un roi puissant, installé dans un palais incomparable. Témoin de la
Bouddha dans toute sa majesté, Jambupati accepte le dharma et devient moine. [7]

La statue est la plus belle et la plus grande image de Bouddha couronnée qui ait été laissée
après la guerre avec la Birmanie en 1767.

Wihan Noi ou Wihan Khian (la salle des peintures) a été construit en 1838 sur ordre de
Phraya Chai Wichit pendant le règne du roi Rama III pour abriter Phra Kantharat. Les
le hall mesure 25 m sur 11,50 m et possède des porches avant et arrière. Devant le vihara,
il y a deux escaliers montant une plate-forme effacée des deux côtés. Le toit de la
vihara est recouvert de tuiles en terre cuite. [5]

Les panneaux de porte, mesurant 2,60 m sur 0,60 m, sont sculptés dans un bas-relief d'oiseaux,
animaux et divinités aux flammes fleuries complexes. On pense qu'il a été fabriqué dans le
Milieu de la période d'Ayutthaya, car la plupart des panneaux de porte de la fin de la période d'Ayutthaya étaient incrustés de
nacre et avait des dessins plus fins. [5]

Les motifs en stuc doré des fenêtres et des portes se composent d'européens et de chinois
dessins foliés, populaires à cette époque, en particulier le dessin chinois d'un vase à fleurs
et un petit autel. [1]

Les murs intérieurs contiennent des peintures murales fanées de la période du roi Rama III, principalement
effacé par l'eau qui s'infiltre et sans entretien. La peinture couvre tout le mur de
le sol jusqu'au plafond sans lignes de séparation. La tonalité de couleur était sombre, comme sombre
rouge ou vert foncé. Les histoires décrites dans la peinture étaient continues avec des lignes d'arbres
ou des routes ou des structures de construction pour briser les épisodes. Les photos suivantes restent à être
vu : Une peinture, représentant un roi assis dans un pavillon sur l'eau, pointant son doigt. Dans
devant lui sont ses serviteurs. Les piliers du pavillon sont sculptés dans la forme naga et
de nombreux bateaux à rames transportant des offrandes. Le deuxième tableau montre une procession avec
danses, musiciens et soldats. En tête du défilé, les gens portent du bambou
fusées et trois monarques assis sur des éléphants, le dernier partant juste du
porte de la ville. Il y a deux hommes qui font des gestes comme s'ils essayaient d'arrêter le défilé tandis que le
les gens dans le cortège semblaient surpris. Le troisième tableau montre une longue et sinueuse
procession, qui se déroule la nuit. Les gens sur l'éléphant sont habillés comme
roturiers. Il y a des gens tenant des torches et un moine portant un bol d'aumône
enveloppé dans un drap rouge. [5]

L'image de Bouddha “Phra Khantharat” ou aussi appelée Phra Sri Ariamet Trai , était
sculpté dans la pierre verte dans le style Gupta.

La période Gupta (IVe au VIe siècle) est considérée comme une période au cours de laquelle la quintessence
L'image de Bouddha a été créée, devenant une forme emblématique qui a été diffusée et
copié dans tout le monde bouddhiste asiatique. Le style Gupta est à la croisée des chemins dans l'art
évolutions historiques dans le sous-continent. Le style Gupta incarne l'ancien
styles figuratifs du nord et du nord-ouest de l'Inde (Mathura et Gandhara), tandis que
atteindre une nouvelle puissance et sophistication. Il est connu pour la modélisation pleine et sensuelle de
visages et corps, pour une subtilité d'expression et pour les proportions harmonieuses de ses
Les figures. Durant ces siècles les ateliers de Sarnath [près de Varanasi, Bénarès,
Inde], un complexe monastique construit sur le site du premier sermon du Bouddha, est devenu
particulièrement influent sur le plan artistique. Un type particulier d'image de Bouddha a été produit ici
dont le corps est recouvert d'une robe diaphane, qui s'accroche à la silhouette en s'évasant à
Les cotés. Cela allait devenir le prototype d'une multitude d'images ultérieures. [8] Pour le
première fois, des matériaux permanents comme la brique et la pierre de taille ont été utilisés dans la construction
de temples au lieu de matériaux périssables, comme le bambou, le bois, etc. Sculpture de la
La période Gupta présente une belle figure caractéristique, pleine de charme et de dignité, un
pose gracieuse et une expression spirituelle rayonnante. [5]

On pense que la sculpture est faite dans le style Dvaravati (Lun) datant de 707 à 757
UN D. La taille de l'image est de 5,20 m de haut soit trois fois la taille humaine normale. C'est le
plus grande figure d'un Bouddha assis affichant à l'origine le dharmachakra mudra avec son
pieds placés sur un piédestal de lotus à la manière occidentale, jambes écartées. L'histoire dit que
l'image a été déplacée de Wat Phra Men dans la province de Nakhon Pathom, où plusieurs
Des images de Bouddha de style Dvaravati ont été trouvées, dont deux ont été déplacées vers
Ayuthaya. La statue ici a d'abord été conservée au Wat Maha That. Sous le règne du roi
Rama II l'image a été déplacée à Wat Na Phra Men. Une statue est à Wat Na Phra
Des hommes et l'autre au musée national Chao Sam Phraya. Un Bouddha presque similaire
statue se trouve dans la cella intérieure du temple bouddhiste de Candi Mendut en Indonésie.

Cette image de Bouddha a plusieurs caractéristiques remarquables écrit Kasetsiri et Wright : Le
le halo autour de la tête de l'image a des flammes de langue indiquant l'influence chinoise Le court
ourlet exposant le genou gauche, semble différent de ceux d'autres images en Thaïlande mais
ceci est similaire aux images de Maitreya créées pendant la dynastie Tang en Chine
les mains de l'image reposent sur les genoux, ce qui est différent des postures connues dans
Thaïlande, mais apparemment cela a été arrangé à un stade ultérieur. [1]

(1) Tous les RCA sauf Luang Prasoet ont mis cet événement en 1548, mais 1563 est la date généralement acceptée pour cet événement. Les Birmans se tenaient devant Ayutthaya
en 1564.
(2) Rahu est mentionné explicitement dans une paire d'écritures du Samyutta Nikaya du Canon Pali. Dans le Candima Sutta et le Suriya Sutta, Rahu attaque
Chandra, la divinité de la lune et Suriya, la divinité du soleil, avant d'être contraints de les libérer par leur récitation d'une brève strophe exprimant leur respect pour
le Bouddha. Le Bouddha répond en enjoignant à Rahu de les libérer, ce que Rahu fait plutôt que de voir sa "tête divisée en sept morceaux". Les vers
récités par les deux divinités célestes et le Bouddha ont depuis été incorporés dans la liturgie bouddhiste en tant que vers protecteurs (paritta) récités par les moines comme
prières de protection. [Wikipédia - données récupérées le 11 septembre 2009]. Pour les Thaïs c'est le démon qui provoque les éclipses.
(3) Maitreya (sanskrit) ou Metteyya (Pāli) est le futur Bouddha de ce monde. Maitreya est un bodhisattva qui dans la tradition bouddhiste doit apparaître sur Terre,
atteindre l'illumination complète et enseigner le pur dharma. Selon les écritures, Maitreya sera le successeur du Bouddha historique Śākyamuni, le
fondateur du bouddhisme. Maitreya est généralement représenté assis, les deux pieds au sol ou croisés aux chevilles, sur un trône, attendant son heure. Il
est vêtu des vêtements d'un Bhiksu ou d'une royauté indienne. Maitreya réside actuellement dans le paradis Tusita (Dusit). [Wikipédia - données récupérées le 11
septembre 2009]


Dharmachakra mudra

La récente rénovation et l'agrandissement du Seattle Asian Art Museum ont permis à SAM d'évaluer et de conserver des œuvres d'art que nous n'avions pas pu exposer auparavant. L'une de ces œuvres est le Bouddha Shakyamuni assis qui est exposé pour la première fois depuis plus d'une décennie. Moulé entre la fin du VIIIe et le début du IXe siècle au Cachemire, Bouddha Shakyamuni est assis dans le dharmachakra mudra, un geste qui signifie le partage des enseignements spirituels. La sculpture est l'un des rares exemples connus dans les collections occidentales. Il est présenté dans l'exposition inaugurale Boundless: Histoires d'art asiatique– une exploration thématique plutôt que géographique ou chronologique de l’art du continent asiatique – célébrant la rénovation historique du bâtiment Art déco de 1933 du musée situé dans le Volunteer Park conçu par Olmsted à Seattle.

En 2009, lors d'une évaluation de l'état d'une exposition itinérante internationale multi-sites, il a été découvert que de grandes gouttes blanches de produit de corrosion à base d'hydroxychlorure de zinc s'infiltraient dans le dos de la sculpture. Le scientifique indépendant en conservation John Twilley avait identifié le produit de corrosion en 1988 et l'objet a ensuite été traité pour les chlorures, mais la corrosion s'était réactivée dans les années qui ont suivi.

En raison de la gravité du problème et de l'importance de la sculpture, Twilley a été engagé en 2009 pour effectuer une étude technique qui comprenait, entre autres techniques, la radiographie et l'étude métallographique, y compris la microscopie électronique. Twilley a déterminé que le métal contient 34 à 39 % de zinc, ce qui est un pourcentage extraordinairement élevé de zinc par rapport au cuivre, même pour la production du Cachemire. Twilley déclare que « une valeur technologique critique de 28 % de zinc est considérée comme la valeur la plus élevée normalement réalisable par les méthodes de cémentation » (Twilley 2003 : 144), dans laquelle le zinc vaporisé est directement absorbé par le cuivre métallique pour former l'alliage. Cette découverte a de grandes implications technologiques: elle a identifié le Shakyamuni comme un exemple rare et survivant de laiton produit à partir de la première fusion réelle du zinc, réalisée par les Cachemiriens environ 1 000 ans avant l'Europe occidentale.

Cependant, la stabilité de la sculpture est intrinsèquement compromise en conséquence : la présence de deux phases (ou différentes microstructures cristallines de cuivre et de zinc) dans l'alliage crée un potentiel de corrosion galvanique en présence de contamination par le chlorure et d'humidité. Au-dessus de 5% d'humidité relative, l'humidité pénètre dans le composant de zinc plus élevé de l'alliage, provoquant la migration des produits de corrosion dissous à travers le réseau de moulage poreux de la sculpture.

Les options de traitement de conservation sont limitées. Les traitements chimiques peuvent contrôler la corrosion du chlorure dans les alliages de cuivre et ont été testés pour cette sculpture et précédemment effectués localement, mais le niveau élevé de zinc de Bouddha Shakyamuni rend la figure particulièrement sensible. L'immersion de la sculpture est peu pratique en raison de l'ornementation de la surface et du noyau de moulage existant. Par conséquent, le contrôle de l'environnement dans lequel la sculpture est stockée et exposée reste l'approche de préservation privilégiée.

Au cours de la dernière décennie, la sculpture a été stabilisée avec succès par un stockage à <5% d'humidité relative. ) sur laquelle la sculpture est montée.

La construction d'un boîtier à faible teneur en oxygène et en humidité était nécessaire pour permettre l'affichage et assurer sa survie lors d'un stockage à long terme, car même un environnement de musée contrôlé fournit suffisamment d'humidité pour que le processus de corrosion se produise. Une vitrine en verre, plutôt qu'en acrylique, était nécessaire pour minimiser le taux d'échange d'air. Le boîtier d'affichage scellé est composé de matériaux inertes, notamment la vitrine en verre feuilleté UltraVue de 8,8 mm à 5 côtés, le pont en aluminium à revêtement poudré et la grande chambre de conditionnement située en dessous. Le boîtier est destiné à maintenir passivement une humidité relative inférieure à 5%, cependant deux ports dans le sous-pont sont conçus pour le rinçage à l'azote sec si nécessaire. Une porte d'accès en verre et en joint dans le sous-pont permet une visualisation en direct des enregistreurs de température et d'humidité à l'intérieur de la zone d'affichage et permet le remplacement périodique du gel de silice, du capteur d'oxygène et des capteurs de température/humidité relative.

Le Seattle Asian Art Museum est ravi d'avoir l'opportunité d'exposer le Bouddha Shakyamuni et de partager à la fois son histoire de création innovante et son plan de préservation actuel avec le public. Si vous appréciez la façon dont SAM relie l'art à votre vie, envisagez de faire un don ou de devenir membre dès aujourd'hui !

Ce projet n'aurait pas été possible sans le leadership de Nicholas Dorman, responsable de la conservation au Seattle Art Museum Mike Dunphy, directeur des ventes et du marketing chez SmallCorp John Twilley, scientifique indépendant en conservation et Yadin Larochette, Museum and Conservation Liaison- Americas, Tru Vue , Inc.

– Geneva Griswold, restauratrice d'objets associée de SAM& Elizabeth Brown, conservatrice d'objets principale de SAM&8217s

Images : Bouddha Shakyamuni, Cachemire, fin VIIIe-début IXe siècle, alliage de cuivre avec argent et cuivre, Floyd A. Naramore Memorial Purchase Fund, 74,70, photo : Susan A. Cole


Bouddha dans bhumisparsa mudra

Le Bouddha est assis dans padmasana, affichant le
dharmachakra mudra sur un coussin qui peut avoir été
placé sur un pitha plus tôt. Ses traits sont bien marqués mais
manque la douceur que l'on retrouve dans les images de Nalanda. L'infroissable
le sanghati se porte uniquement sur l'épaule gauche avec son extrémité
tiré vers l'avant par-dessus l'épaule. La plante des pieds a
marquages ​​de bon augure. Un trésor de 61 images bouddhistes en bronze
a été découvert à Jhewari dans le district de Chittagong
Bangladesh moderne en 1927, la plupart d'entre eux se composent de personnes assises
images du Bouddha et semblent avoir été faites par un
guilde d'artistes travaillant sur la fonte des métaux.

  • азвание: Bouddha dans bhumisparsa mudra
  • оздатель: inconnu
  • ата: 700-900 CE
  • естоположение: Musée indien, Kolkata
  • актические размеры: Bronze, 27x22x11,9 cm
  • роисхождение: Jhewari, Chittagong, Bangladesh

Varada Mudra

Varada mudra exprime l'énergie de la compassion, de la libération et une offrande d'acceptation. Ce mudra est fait avec la main gauche et le plus souvent vous pouvez le voir en conjonction avec d'autres mudras, comme le Bhumisparsa ou les Abhayamudras, par exemple. Ce mudra est également appelé mudra d'octroi de bienfaits, car il aide à conférer une qualité d'énergie spécifique que l'on pourrait rechercher d'un être éveillé.


Bouddha Dharmachakra assis en Padmasana 31"

Les statues en laiton de Thaïlande ne nécessitent pas beaucoup d'entretien. La meilleure façon d'entretenir la statue est simplement de dépoussiérer la pièce périodiquement pour empêcher toute accumulation de saleté. Ils peuvent être utilisés aussi bien en intérieur qu'en extérieur.

Vous pouvez utiliser du savon, de l'eau tiède et un chiffon en coton pour passer périodiquement sur la statue pour éliminer toute accumulation de poussière ou de saleté. Si vous souhaitez vraiment faire briller la statue, vous pouvez utiliser de l'huile naturelle, comme de l'huile de noix de coco ou de l'huile d'olive, et un chiffon en coton pour essuyer les parties métalliques de la pièce. Vous pouvez également utiliser une brosse à dents pour pénétrer dans les petites crevasses de la statue comme les mains et les cheveux.

La durabilité du laiton thaïlandais le rend parfait pour les hivers froids et les étés chauds de tous les climats. Le métal peut résister aux conditions les plus dures de chaleur et de froid glacial. Nous vous suggérons de baigner la sculpture tous les deux mois afin que la saleté ne s'accumule pas sur la sculpture, puis d'utiliser un chiffon en coton avec de l'huile naturelle pour donner un éclat à la statue.

Si vous avez des questions concernant votre statue en laiton, veuillez nous envoyer un courriel à [email protected] ou appelez-nous au 1 (760) 994-4455.

Expédition aux États-Unis

Cette sculpture est dans notre magasin Oceanside, Californie et prête pour une expédition immédiate. Les frais d'expédition sont automatiquement calculés par UPS pour les expéditions aux États-Unis. Chaque sculpture est généralement expédiée dans les 24 heures suivant la commande à l'exception du week-end.
Vous pouvez obtenir un devis d'expédition pour n'importe quelle statue en cliquant sur le lien Calculer l'expédition sous le bouton Ajouter au panier sur la page de chaque statue. Outre le prix d'expédition, les résultats afficheront également la date à laquelle la statue arrivera à votre domicile. Lotus Sculpture utilise le système d'emballage par injection de mousse Instapak ou du papier bulle et des arachides recyclées pour garantir que toutes nos pièces arrivent en bon état. Cliquez ici pour en savoir plus sur l'emballage de Lotus Sculptures.

Transport maritime international

Cette sculpture est dans notre magasin Oceanside, en Californie et prête pour une expédition immédiate partout dans le monde. ​Les frais d'expédition internationaux seront calculés automatiquement lors du paiement. ​
Vous pouvez obtenir un devis d'expédition pour n'importe quelle statue en cliquant sur le lien Calculer l'expédition sous le bouton Ajouter au panier sur la page de chaque statue. Ou vous pouvez envoyer un e-mail à [email protected] ou nous appeler au 760-994-4455 pour recevoir un devis d'expédition. Veuillez inclure le numéro d'article de la statue que vous souhaitez acheter ainsi que votre pays et votre code postal. La sculpture Lotus utilise le système d'emballage par injection de mousse Instapak ou du papier bulle et des arachides recyclées pour garantir que toutes nos pièces arrivent en bon état. Cliquez ici pour en savoir plus sur l'emballage de Lotus Sculptures.


Divers sites bouddhistes importants

Voici des photos de plusieurs sites bouddhistes importants.

Borobudur, Java, Indonésie est le plus grand temple bouddhiste du monde. Elle date du IXe siècle. On dit qu'il détient une relique du Bouddha. (762k)

Temple de la Dent à Kandy, Sri Lanka. Soi-disant, il détient une dent de Bouddha. (1062k)

Premier Sermon Stupa à Sarnath, Inde. On pense que Bouddha a prêché son premier sermon à Sarnath. Vers 500 de notre ère, un grand stupa a été construit à cet endroit. (1018k)

Vue de la pagode Shwedagon à Yangon, Myanmar. On dit qu'il contient deux cheveux du Bouddha, ainsi que des reliques de dents. (746k)


Figure de Bouddha assis affichant le Dharmachakra Mudra - Histoire

Cette image est remarquable pour sa posture, car il est plus courant de trouver des images de Bouddha assis avec les jambes croisées, plutôt qu'un pendentif suspendu. Pourtant, bien que notable, il n'est pas nécessairement inhabituel pour l'ère Gupta, car cette image est cohérente avec d'autres exemples datant de cette période (un exemple célèbre décore un stupa trouvé dans la grotte 26 à Ajanta).

Il est souvent difficile pour un œil non averti d'identifier le sujet de l'imagerie bouddhiste, mais une fois que nous nous sommes familiarisés avec l'iconographie bouddhiste de base, le processus devient beaucoup plus facile. Par exemple, nous savons que la figure ici est celle d'un bouddha plutôt que d'un bodhisattva par le manque de parure, un bouddha est généralement représenté vêtu de simples robes de moine, tandis qu'un bodhisattva est généralement représenté portant des vêtements plus élaborés, ainsi que des bijoux. D'autres indices peuvent être trouvés dans les gestes de la main, appelés mudra, puisque chaque mudra reçoit une interprétation unique et spécifique. L'image ici tient ses mains dans ce qu'on appelle le dharmachakra mudra, ou le « geste pédagogique ». Ceci, en plus des lions qui flanquent le trône, identifie le sujet comme étant le Bouddha historique, Shakyamuni, prononçant sa première conférence dans le parc aux cerfs de Sarnath. Cet exemple peut avoir inclus à l'origine les figures de deux cerfs aux pieds de Shakyamuni, un autre élément iconographique couramment trouvé sur les représentations du premier sermon du Bouddha.

Il est inévitable qu'un certain changement se produise au cours de l'histoire multimillénaire du bouddhisme et de sa large gamme multiculturelle, mais malgré ce fait, il est remarquable de voir à quel point l'iconographie bouddhiste est restée cohérente au cours des siècles. Pour cette raison, il devient beaucoup plus facile d'identifier les images que l'on peut trouver n'importe où dans le monde bouddhiste, des peintures du VIIIe siècle de Dunhuang aux temples modernes de Thaïlande, où l'on trouve des sculptures de Shakyamuni qui conservent les mêmes éléments iconographiques que nous. retrouvez dans notre exemple réalisé il y a plus de 1500 ans.


Gandhara Schiste Bouddha assis avec statue Halo

Californie. 200 - 300 après JC. Incroyable Bouddha en schiste gris du Gandhara assis dans le mudra Dharmachakra - posture d'enseignement. La figure délicatement sculptée du Bouddha est assise royalement, en pleine position de lotus sur un trône rembourré et décoré de tentures soutenu par des colonnes. Les plis de la robe sont savamment sculptés de lignes courbes qui révèlent les contours du corps. La silhouette a un visage jeune avec une expression douce et souriante et une marque d'urna entre ses sourcils. Ses cheveux tirés dans le chignon bouddhiste ushnisha. Les lobes des oreilles du Bouddha sont allongés en raison des lourds bijoux qu'il portait auparavant en tant que prince et sont un signe de son rejet de la richesse. L'importance de Bouddha est soulignée par un halo derrière sa tête. Cet article est livré avec un support sur mesure.

Cet article est livré avec un certificat d'authenticité de la Pax Romana Gallery, Londres.

Etat : Bon, Réparé / voir photos

Taille: H:265mm/W:110mm/H:220mm (sans support)1536g

Provenance : Le Fournisseur garantit qu'il a obtenu ce lot de manière légale.
Obtenu à partir d'une ancienne collection britannique, acquise entre 1960-1990 sur le marché de l'art européen et japonais.


Lever du soleil avec une statue de Bouddha avec la position de la main de Dharmachakra Mudra à Borobudur, Magelang, Central Java, Indonésie - Photos

Votre compte Easy-access (EZA) permet aux membres de votre organisation de télécharger du contenu pour les utilisations suivantes :

  • Essais
  • Échantillons
  • Matériaux composites
  • Dispositions
  • Coupes grossières
  • Modifications préliminaires

Il remplace la licence composite en ligne standard pour les images fixes et les vidéos sur le site Web de Getty Images. Le compte EZA n'est pas une licence. Afin de finaliser votre projet avec le matériel que vous avez téléchargé depuis votre compte EZA, vous devez obtenir une licence. Sans licence, aucune autre utilisation ne peut être faite, telle que :

  • présentations de groupes de discussion
  • présentations externes
  • documents finaux distribués au sein de votre organisation
  • tout matériel distribué à l'extérieur de votre organisation
  • tout matériel distribué au public (comme la publicité, le marketing)

Étant donné que les collections sont continuellement mises à jour, Getty Images ne peut garantir qu'un élément particulier sera disponible jusqu'au moment de l'octroi de la licence. Veuillez examiner attentivement toutes les restrictions accompagnant le Contenu sous licence sur le site Web de Getty Images et contacter votre représentant Getty Images si vous avez une question à leur sujet. Votre compte EZA restera en place pendant un an. Votre représentant Getty Images discutera avec vous d'un renouvellement.

En cliquant sur le bouton Télécharger, vous acceptez la responsabilité d'utiliser du contenu non publié (y compris l'obtention des autorisations requises pour votre utilisation) et acceptez de vous conformer à toutes les restrictions.


Voir la vidéo: Bhumisparsha Mudra