Jésus a-t-il été dépeint comme ayant la peau foncée au début du christianisme

Jésus a-t-il été dépeint comme ayant la peau foncée au début du christianisme


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

J'ai vu des représentations de Jésus classées dans "l'art chrétien primitif" et dans les premières représentations de Jésus, il était d'un teint beaucoup plus foncé et j'ai également vu les premières "madones noires" (la vierge marie à la peau foncée et l'enfant Jésus) et ces remontent au christianisme primitif dans les pays dominants européens. Il a également été dit que la représentation de Jésus que nous avons aujourd'hui est en fait basée sur un portrait de Cesare Borgia.

Y a-t-il une valeur historique à ces déclarations en question ?

voici quelques liens

Veuillez regarder ces liens ci-dessus sincèrement avec une perspective non biaisée et dites-moi si cela a du poids historiquement.


Tout d'abord, il y a non représentations de Jésus faites par des contemporains. Cela signifie que toute représentation que vous trouvez, n'importe où, est plus une représentation de la façon dont l'artiste sentis comme voir Jésus qu'une tentative de reconstruction précise des traits de l'homme.

Pour compliquer cela, les opinions iconophobes des premiers Juifs (soutenues par l'interdiction de "l'image taillée" dans les 10 commandements)

Les premiers exemplaires dont nous disposons proviennent tous deux de 2 siècles plus tard, et sont les suivantes :

Le premier, qu'il serait probablement difficile de soutenir, contenait une tentative définitive de représenter la couleur de la peau. La seconde le dépeint comme vraiment pas plus sombre qu'un Européen bien bronzé pourrait l'atteindre (mais aussi probablement cohérent avec une personne sémitique de la région).

De peur que quelqu'un ne s'énerve et pense que les anciennes représentations étaient universellement bronzées, en voici une autre datant de moins d'un siècle plus tard :

Il a fallu un certain temps pour que la représentation barbue aux cheveux longs "standard" prenne forme. Selon Wikipédia, cela a pris jusqu'au 6ème siècle à l'Est et jusqu'au 12ème à l'Ouest.


La représentation du Christ (et d'autres entités du panthéon chrétien, et sans aucun doute d'autres religions également) a tendance à refléter le contexte culturel et racial du public auquel ils sont destinés et/ou du créateur.
Ainsi, comme au début, le christianisme était principalement confiné au Moyen-Orient, où les gens ont une peau plus foncée qu'en Europe du Nord, ils auraient ces caractéristiques.
J'ai vu des représentations faites en Indonésie qui les montrent toutes comme ayant des traits malais, des représentations africaines montrent une peau brun foncé à noire, etc. etc. etc.
La "norme" européenne que j'ai en effet entendue était basée sur la représentation de Borgia, et avec l'envoi à grande échelle de prêtres à travers le monde depuis l'Europe à l'époque coloniale, a probablement influencé au moins à un certain niveau les représentations ailleurs.


Eh bien, il ne faut pas nécessairement être surpris par la représentation de Jésus comme une figure à la peau plus foncée au cours des premières années du christianisme. Rappelez-vous, Jésus était du Moyen-Orient et ses premiers disciples… venaient du Moyen-Orient. Si l'on regarde l'iconographie de diverses églises du Moyen-Orient et de la Méditerranée orientale datant du début du Moyen Âge, on verra généralement un Jésus au teint basané et plus foncé. Encore une fois, cela ne devrait pas être une telle surprise.

L'image de Jésus s'est diversement exprimée depuis près de 2 millénaires, en raison de l'émergence progressive du christianisme sur la scène mondiale. Pourtant, malgré la diversité mondiale et les images vieilles de plusieurs siècles, il n'y avait qu'un seul Jésus historique, qui, était d'origine ethno-raciale du Moyen-Orient et, à son tour, aurait eu une seule apparence chromatique qui était courante dans cette région particulière.


Jésus de Nazareth était une figure historique, par tout ce qui est connu aujourd'hui. C'était un juif galiléen, né à Nazareth. Son père était charpentier, et Jésus avait peut-être le même métier, car il était d'usage d'apprendre le métier de son père. Il ne s'est probablement pas élevé beaucoup au-dessus de son père sur le plan économique. Après avoir passé du temps dehors sous le soleil du Moyen-Orient, sa peau aurait pu devenir sombre.

Il n'y a aucune raison de l'appeler peau foncée, à part ce que le soleil a fait. Puisque ses parents étaient des juifs galiléens, la théorie des probabilités dit qu'ils étaient comme la plupart des juifs galiléens. Et la majorité n'avait pas l'air africaine.


Jésus était-il dépeint comme ayant la peau foncée au début du christianisme - Histoire

Posté sur 21/05/2007 06:12:31 AM PDT par Alex Murphy

Les chercheurs suggèrent que Jésus pourrait être un descendant de voyageurs temporels extraterrestres ayant l'apparence d'êtres humains noirs. En effet, Jésus avait été dépeint comme étant noir par les chrétiens, jusqu'à ce que l'establishment ecclésiastique soit saisi par une idéologie raciste latente. Jésus était essentiellement "blanchi" pour correspondre à la pigmentation de la peau des cliques d'élite d'Europe qui cherchaient à asservir les peuples d'ascendance africaine. En blanchissant Jésus, les cliques des élites d'Europe ont cherché à manipuler les peuples africains pour qu'ils adorent les conquérants.

Mais vous pouvez demander, qu'est-ce que cela importe vraiment si Jésus était noir, blanc ou philippin d'ailleurs ? C'est important, car les chercheurs suggèrent que toute l'image apparente et le but de Jésus, y compris de manière pivot sa pigmentation de la peau, ont été reconstruits, comme base d'un contexte plus large de tromperie de masse.

En effet, la manière dont Jésus est apprécié pourrait être considérée comme un contexte axiomatique de tromperie de masse dans l'histoire humaine. Il a été socialement conçu pour induire l'humanité en erreur dans son cours dominant d'autodestruction. L'image de Jésus a été utilisée pour créer une religion organisée, qui a ensuite été utilisée pour créer des gouvernements occidentaux ayant des liens historiques avec le christianisme moderne.

Le pouvoir de ces institutions a ensuite été utilisé pour répandre des empires oppressifs, ce qui a conduit à la naissance et au développement des intérêts des grandes entreprises, qui opèrent désormais dans le cadre d'un complexe militaro-religieux-politico-industriel mondialisé.

L'image dissimulée de Jésus (en tant que " sauveur " blanc et " fils de Dieu ", qui à son tour aurait créé les êtres humains à " l'image de Dieu "), a été utilisée pour construire le système capitaliste mondial. Les élites du christianisme ont utilisé les notions d'accompagnement de « sin » et de dogme pour aider les gens à enfermer comme des moutons, à adorer ce que les disciples gnostiques de Jésus appelaient le « faux Dieu », qui est associé à une conscience démoniaque.

La recherche suggère que les ancêtres extraterrestres présumés de Jésus étaient au courant du cours destructeur de la Terre, qui s'est poursuivi pendant l'ère de l'Ancien Testament, aurait voyagé dans le temps, comme une tentative d'inspirer spirituellement l'humanité terrestre en tant qu'"enseignants", hors de son cours d'autodestruction. .

Cette allégation méta-historique, prétend que Jésus qui a été cité par les gnostiques comme affirmant qu'il " est venu du ciel ", est un extraterrestre du système stellaire sirien, dans environ 1 000 ans (3 000 ans d'avance sur son temps linéaire documenté dans la Bible) . Sa mission présumée était d'inspirer spirituellement les humains liés à la Terre d'une manière qui éveillerait leur guérison psycho-cinétique humaine et d'autres capacités spirituelles connexes. Comme cela s'est produit, il est en outre allégué que les extraterrestres manipulateurs ont également voyagé dans le temps pour exploiter et opprimer l'humanité. Cela a apparemment été exécuté par des manipulations génétiques et autres.

La mission présumée de Jésus, comme indiqué par des contacts présumés avec des messagers extraterrestres éthiques, était de tenter de guérir leurs propres lignes du temps en réparant les tentatives des extraterrestres manipulateurs de manipuler et d'exploiter l'espace-temps et la conscience dans notre univers.

Les humains qui prétendent avoir été en contact avec des extraterrestres éthiques allèguent en outre que "Dans le futur, il y aura des populations d'êtres humains qui sont au même niveau d'éveil spirituel que Jésus, voire plus haut. Ces contactés humains allèguent que "ce qui se passe même maintenant est considéré comme une véritable histoire galactique, des événements qui se sont produits et se produiront, puisque tout ce dont nous parlons est de voyage dans le temps".

Un témoignage extraterrestre éthique allégué suggère qu'en tant que "Sirien, Jésus n'est pas blanc de corps mais d'une race bleue extraterrestre, qui sur Terre est aujourd'hui connue sous le nom de race noire". races gardiennes de tous les systèmes stellaires connus dans notre royaume et même sur Terre.

De plus, "la race noire est connue comme la race spirituelle aînée ou gardienne de l'univers et des planètes. Toutes les autres races humaines sont appelées la race humaine gardienne de l'univers et des planètes.

"Les Siriens sont la race et l'espèce humaines les plus âgées et toute autre race humaine ou système stellaire est appelé la race sœur en plus du système Vegan Star, à l'origine de l'espèce et de la civilisation humaines", affirment en outre les contactés extraterrestres éthiques.

LES SUJETS: Histoire Autre religion chrétienne et science Sceptiques/chercheurs
MOTS CLÉS: La navigation: utilisez les liens ci-dessous pour afficher plus de commentaires.
premier 1-20 , 21-31 suivant dernier


Satan à la peau foncée a une longue histoire

(RNS) Lorsque certaines personnes ont récemment commencé à se demander si le personnage de Satan dans la mini-série "La Bible" ressemblait au président Obama, d'autres ont posé une question plus large : pourquoi Satan a-t-il besoin d'avoir la peau foncée ?

Les experts religieux et les historiens disent que la controverse pointe vers une tradition séculaire selon laquelle l'obscurité est mauvaise, la lumière est bonne.

"C'est juste une partie intégrante des stéréotypes et de l'encodage du noir et du noir, en particulier d'ascendance africaine, comme négatifs dans la culture populaire américaine", a déclaré la révérende Paula Matabane, ministre épiscopale méthodiste africaine et professeure agrégée de télévision et de cinéma à Université Howard.

Scott Poole, auteur de "Satan in America: The Devil We Know", dit que le lien entre Satan et la race est antérieur à l'histoire américaine.

Le folklore européen décrivait Satan comme un homme noir, et les puritains ont importé ces notions et les ont élevées lors des procès des sorcières de Salem dans les années 1690.

"C'est une idée que les puritains ont apportée avec eux d'Angleterre en Nouvelle-Angleterre", a déclaré Poole. "Ils avaient en fait tendance à identifier tous les autres raciaux avec des pouvoirs sataniques, un contrôle satanique."

Roma Downey et Mark Burnett, les mari et femme producteurs exécutifs de la mini-série de la chaîne History qui se termine le dimanche de Pâques (31 mars), ont rapidement rejeté la comparaison avec Obama, la qualifiant de « distraction stupide » et notant leur « plus grand respect » pour Le président.

"La série a été produite avec une distribution internationale et diversifiée d'acteurs respectés", a ajouté History Channel dans un communiqué. "C'est malheureux que quelqu'un ait fait ce faux lien."

Les auteurs de divertissement ont noté que les maquilleurs ont rendu l'acteur marocain Mohamen Mehdi Ouazanni plus sombre qu'il ne l'est d'habitude, l'un comparant son visage habituel à celui d'Omar Sharif ou de David Niven.

Stephen Thorngate, rédacteur en chef adjoint de Christian Century, était l'un des commentateurs qui a déclaré que le brouhaha à propos d'Obama "n'est pas la question".

"Ne donnez pas au bon gars ultime une peau claire et au méchant ultime une peau plus foncée", a-t-il déclaré. "Nous avons emprunté cette route trop de fois auparavant."

Le chroniqueur du Time James Poniewozik a noté que la Bible manque de descriptions de Satan – tout comme elle ne s'attarde pas sur la couleur de la peau de Jésus.

« Qu'ils aient ou non l'intention de faire ressembler Satan à Obama, ils avaient l'intention de faire de lui un croque-mitaine aux voiles sombres », a-t-il écrit. "Et c'est le vrai péché ici."

Bien avant qu'Obama ne devienne le premier président noir du pays, les théologiens suprémacistes blancs de la fin des années 1800 affirmaient que le diable était noir.

"Dans ce genre de point culminant de la suprématie blanche américaine, même le tentateur dans le jardin d'Eden est référencé comme un homme ou une femme africain sans âme", a déclaré Edward Blum, co-auteur de "The Color of Christ".

Un siècle plus loin, il existe un autre exemple hollywoodien de personnage biblique négatif : l'acteur afro-américain Carl Anderson a interprété le rôle de Judas dans le film de 1973 "Jesus Christ Superstar".

"Cela a causé beaucoup de controverse", a déclaré Blum, dont le livre a noté les protestations de baptistes noirs qui étaient contrariés que le traître de Jésus ait été dépeint comme un homme noir.

Robert Thompson, professeur de télévision et de culture populaire à l'Université de Syracuse, a déclaré que le rôle d'Anderson était une "exception" pour les représentations hollywoodiennes de Judas. Mais les acteurs blancs ont tendance à être présentés comme ce qui serait considéré comme les gentils de la Bible.

« Il existe une tradition selon laquelle un grand nombre de héros de la Bible ont été joués par des Américains d'origine européenne à la peau claire, y compris souvent Jésus, qui a l'air d'être venu du nord de l'Europe plutôt que d'Israël », a-t-il déclaré.

Dans "La Passion du Christ" de Mel Gibson en 2004, Satan était dépeint comme une figure androgyne albinos. "Je crois que le diable est réel, mais je ne pense pas qu'il se présente trop souvent avec des cornes, de la fumée et une queue fourchue", a déclaré Gibson à Christianisme aujourd'hui.

Cain Hope Felder, professeur de langue et de littérature du Nouveau Testament à l'Université Howard, a déclaré que la représentation de Satan dans la récente mini-série était décevante compte tenu des représentations plus multiculturelles de figures bibliques vues au cours des dernières décennies.

Il était le rédacteur en chef de l'Original African Heritage Bible, qui en 1993 incluait des images de Jésus et de ses disciples en tant que personnes de couleur. Cela a été suivi en 1999 par l'édition du jubilé afro-américain de la Sainte Bible, qui comprend des représentations d'un Jésus noir sur la croix et dans les bras de Marie.

"Il est malheureux que les producteurs de cette émission aient commis cette terrible erreur", a déclaré Felder. "Ils auraient dû retirer complètement Satan de l'écran et avoir juste une voix ou quelque chose du genre. Ou si vous allez l'utiliser, il n'aurait certainement pas dû être noir."


Un nouveau livre démontre que Jésus a probablement été défiguré

En tant que figure la plus peinte de l'art occidental, Jésus est principalement représenté comme un homme magnifique et imposant avec de longues mèches luxueuses et des yeux rêveurs, souvent bleus.

Bien que nous sachions grâce à des recherches sur les restes squelettiques d'hommes trouvés dans la région connue sous le nom de Judée à l'époque de Jésus, cette image de lui est probablement fausse, mais nous préférons toujours croire que son apparence physique correspondait à son charisme incontestable.

Mais un nouveau livre de l'historienne britannique, la professeure Joan Taylor, intitulé « À quoi ressemblait Jésus ? » explore la théorie controversée selon laquelle le Nazaréen était moins que béni dans le département de l'apparence et peut même avoir été défiguré.

Taylor, du King's College de Londres, a étudié des documents historiques remontant à la vie du Christ et a conclu que le manque de descriptions de son visage dans la Bible par rapport à d'autres personnages, tels que Moïse et David - dont les regards sont célébrés - en disait long.

En fait, la seule description physique du Christ avant sa crucifixion est une ligne dans le livre d'Isaïe, qui dit : « Il n'avait aucune beauté ou majesté pour nous attirer à lui, rien dans son apparence que nous devrions le désirer.

Alvise Vivarini ’s “La Bénédiction du Sauveur”Getty Images

Elle pense que Jésus mesurait « probablement environ [cinq pieds cinq pouces], un peu mince et musclé, avec une peau brun olive, des cheveux brun foncé à noirs et des yeux bruns.

Cela correspond aux conclusions des anthropologues médico-légaux qui ont placé le Christ entre 5 pieds, 1 pouces et 5 pieds, 6 pouces et pesant entre 127 et 141 livres.

Les conclusions de Taylor sont tirées à la fois des restes squelettiques d'hommes enterrés dans la région, des habitants de Judée et de ceux qui vivaient en Égypte.

"En termes de palette de couleurs, pensez donc aux cheveux brun foncé à noirs, aux yeux brun foncé, à la peau brun olive", a-t-elle écrit dans l'Irish Times. « Jésus aurait été un homme d'apparence moyen-orientale. Ce que j'ai appris, c'est que les Judéens de cette époque étaient biologiquement les plus proches des Juifs irakiens du monde contemporain.

Tout en reconnaissant les liens étroits entre la Judée, l'Europe, le Soudan et l'Éthiopie, Taylor soutient dans son livre que parce que les Judéens avaient tendance à se marier uniquement entre eux, Jésus est plus susceptible d'avoir ressemblé aux hommes représentés dans l'art funéraire égyptien qu'à ceux originaires d'Europe. ou l'Éthiopie.

L'auteur dit que puisque Jésus a travaillé à l'extérieur en tant que menuisier jusqu'à l'âge de 30 ans environ, il est raisonnable de supposer qu'il était plus musclé et en meilleure forme physique que l'homme svelte présenté dans les peintures occidentalisées.

Son visage avait probablement une apparence coriace à cause de l'exposition aux éléments, ce qui le faisait paraître plus vieux qu'il ne l'était.

L'une des affirmations les plus controversées de Taylor dans son livre - en plus de contester l'idée que Jésus était beau - est la probabilité qu'il ait été défiguré d'une manière ou d'une autre.

Elle souligne qu'il était possible que Jésus ait des cicatrices de son travail avec le bois parce que les artisans de l'époque étaient susceptibles de se blesser et que la défiguration corporelle aurait presque été la norme.

Les bras cassés n'auraient pas été réparés correctement, et les boiteries ainsi que les blessures aux yeux auraient été monnaie courante.

Ce n'est pas la première fois que des érudits contestent la véracité du Jésus blond à la peau pâle, aux yeux bleus et représenté et popularisé dans la culture européenne ultérieure.

En 2015, Richard Neave, un artiste médical à la retraite de l'Université de Manchester, a utilisé des preuves médico-légales et archéologiques pour reconstruire le visage de Jésus.

Le résultat était une sculpture étonnante d'un homme basané du Moyen-Orient qui a été reconnu par les experts comme le portrait le plus fidèle à ce jour du fils de Dieu.

Neave et son équipe de recherche ont utilisé des crânes sémites collectés par des archéologues israéliens pour créer une reconstruction générée par ordinateur de ce à quoi Jésus aurait pu ressembler.

L'équipe de Richard Neave a créé cette image générée par ordinateur de Jésus-Christ. Sygma via Getty Images

Neave a conclu que Jésus ressemblait beaucoup à tous les autres hommes de l'époque parce que la Bible déclare que juste avant la crucifixion, Judas Iscariot devait montrer Jésus à ses soldats parce qu'ils ne pouvaient pas le distinguer de ses disciples.

"J'ai fait un plâtre du crâne, ce qui me donne quelque chose sur quoi travailler", a déclaré Neave à la BBC.

"Ensuite, j'ai mis de l'argile dessus et, à l'aide de mesures des tissus mous, j'ai construit l'anatomie du visage", a-t-il déclaré. "Inévitablement, il y a des domaines où vous devez spéculer, en particulier s'il manque des parties du crâne."

Neave et son équipe ont conclu que Jésus avait probablement les yeux, les cheveux et la peau foncés, mesurait environ 5 pieds de haut, les cheveux courts et la barbe dans la tradition juive.


Pourquoi la couleur de la peau de Jésus est importante

Après l'une de mes récentes conférences, un étudiant chrétien m'a approché et m'a demandé si les Noirs étaient mal à l'aise avec le fait que Jésus soit blanc. J'ai répondu, &ldquoJésus n'est pas blanc. Le Jésus de l'histoire me ressemblait probablement plus, une femme noire, que vous, une femme blanche.»

J'ai été choqué par cette hypothèse d'étudiant selon laquelle Jésus était d'origine européenne, ou par la certitude avec laquelle elle l'a déclaré. Quand je suis dans les espaces chrétiens des États-Unis, je rencontre si souvent cette hypothèse que j'en viens à croire qu'il s'agit de l'hypothèse par défaut concernant l'apparence de Jésus. En effet, Jésus blanc est partout : un Sauveur blanc de 9 mètres de haut se dresse au centre du campus de l'Université de Biola. Jésus blanc figure sur la plupart des cartes de Noël et la récente mini-série History Channel millions de téléspectateurs. Dans la plupart des pays occidentaux, Jésus est blanc.

Alors que le Christ Seigneur transcende la couleur de la peau et les divisions raciales, Jésus blanc a de réelles conséquences. Selon toute vraisemblance, si vous fermez les yeux et imaginez Jésus, vous imaginez un homme blanc. Sans intention ou conscience consciente, beaucoup d'entre nous sont devenus disciples d'un Jésus blanc. Non seulement Jésus blanc est inexact, mais il peut également inhiber notre capacité à honorer l'image de Dieu chez les personnes qui ne sont pas blanches.

Jésus de Nazareth avait probablement un teint plus foncé que nous ne l'imaginons, un peu comme la peau olive courante chez les Moyen-Orientaux d'aujourd'hui. Le bibliste de Princeton, James Charlesworth, va jusqu'à dire que Jésus était « probablement brun foncé et bronzé par le soleil ». Les premières représentations d'un Jésus adulte le montraient avec une « fonte orientale » et un teint brun. Mais au VIe siècle, certains byzantins.

Pour continuer à lire, abonnez-vous maintenant. Les abonnés ont un accès numérique complet.

Déjà abonné au CT ? Connectez-vous pour un accès numérique complet.

Vous avez quelque chose à ajouter à ce sujet ? Vous voyez quelque chose que nous avons manqué ? Partagez vos commentaires ici.


Le vrai visage de Jésus ? La découverte dans une ancienne église en ruine remet en question les perceptions modernes

Était-il noir ? Brun? Blanche? Ses cheveux étaient-ils longs ou courts ? Avait-il une barbe ou pas ? L'image de Jésus-Christ gravée dans nos esprits a été remise en cause par une nouvelle découverte.

Ville italienne qui tenait le prépuce de Jésus. Vidéo : Silvia Marchetti.

Ville italienne qui tenait le prépuce de Jésus. Vidéo : Silvia Marchetti

Salvator Mundi est une peinture de Jésus-Christ de Léonard de Vinci, réalisée vers 1500 après JC. De nouvelles preuves suggèrent que le Jésus historique ne ressemblait à rien de tel. Source : Fourni

Le visage de Jésus-Christ que nous connaissons est un fantasme. C'est une image adaptée et raffinée à travers des siècles d'art - et de politique.

Maintenant, une nouvelle découverte a déclenché un nouveau débat sur ce à quoi le personnage au centre de la bible&# x2019s Nouveau Testament peut avoir vraiment ressemblé.

Il a été trouvé sur un mur en ruine sur le site de l'ancienne ville de Shivta, en Terre Sainte&# x2019s désert de Nagev,

Il est fortement érodé. Mais plusieurs formes peuvent encore être discernées de ce qui reste l'église vieille de 1500 ans.

C'est une scène familière aux érudits de l'école du dimanche du monde entier : le Christ se fait baptiser dans le Jourdain.

Peint quelque 500 ans après l'événement qu'il dépeint, un contour montre un homme aux cheveux bouclés, aux longs traits, aux grands yeux avec un grand nez sémitique.

L'église du nord est l'une des trois anciennes églises de la ville désertique de Shivta, dans le sud d'Israël, qui auraient été construites entre le IVe et le VIe siècle après JC. Photo : Dror Maayan / Université de Haïfa Source : Fourni

Les historiens disent que la ville de Shivta a été créée au premier siècle de notre ère comme une escale de caravane pour les pèlerins chrétiens se rendant au monastère Sainte-Catherine dans le Sinaï. Mais, au 9ème siècle, il avait décliné et avait été abandonné.

Seule une partie de cette église de Shivta a survécu. Une partie est le baptistère, un recoin réservé au rituel sacré chrétien.

Des photos des restes fortement érodés de la peinture décorant cet espace ont été prises par une équipe israélienne fouillant le site. Ils ont été publiés dans la revue Antiquity.

Alors que les archives de la peinture datent de l'exploration du site dans les années 1920, « si vous n'avez pas un bon appareil photo et un bon photographe, rien ne sera visible », déclare Maayan-Fanar.

C'est l'une des seules représentations de Jésus-Christ en Terre Sainte datant de cette époque.

Le fragment fait partie d'une scène beaucoup plus vaste du baptême du Christ, comprenant un personnage plus grand identifié comme Jean-Baptiste. Seule une étude future minutieuse dévoilera de plus amples détails, s'ils survivent.

Ce souvenir du 6ème siècle de l'apparence du Christ&# x2019, trouvé en Terre Sainte elle-même, est-il plus susceptible d'être exact ?

« Ce serait merveilleux, mais comment le saurions-nous ? » dit l'historien de l'art de l'Université de Haïfa en Israël Maayan-Fanar, qui a découvert l'image.

Seules la bonne lumière ou des photographies haute résolution peuvent révéler les détails du portrait de Jésus fortement érodé, qui aurait été peint au VIe siècle après J.-C. Photo : Dror Maayan/Emma Maayan-Fanar Source : Fourni

Les historiens de l'art disent que la représentation du Christ aux cheveux courts était courante au début de l'Empire byzantin oriental &# x2014, qui comprenait l'Égypte, la Palestine et la Syrie.

Mais, finalement, cette perception a été submergée par de nouvelles œuvres d'art de l'ouest byzantin mettant en vedette les cheveux longs bien coiffés qui continuent d'être une caractéristique importante de ses portraits, même aujourd'hui.

Les caractéristiques physiques du &# x2018fils de Dieu&# x2019 ont longtemps été laissées à l'imagination artistique et culturelle.

Aucune description de l'apparence physique du Christ n'a survécu dans la collection de contes vérifiés assemblés dans ce que nous savons maintenant être la bible en 367 après JC. Et pourtant, telle est la puissance de l'image moderne désormais attachée à son identité qu'elle est immédiatement reconnaissable.

Cheveux noirs longs et ondulés. Yeux bleus perçants. Peau pâle. Une barbe taillée courte. Peignoirs longs à manches bouffantes.

Rien de tout cela n'est exact. Mais c'est un exercice puissant pour établir une marque facilement identifiable.

« Il y avait de nombreuses raisons pour lesquelles Jésus a été dépeint dans ce qui est devenu la norme mondiale, et aucune d'entre elles n'avait à voir avec la préservation de l'exactitude historique », – Professeur d'origine chrétienne Joan Taylor, auteur de A quoi ressemblait Jésus .

Alors qu'elle concède que la Terre Sainte était à l'époque une plaque tournante du commerce entre la Judée, l'Europe, l'Égypte, le Soudan et l'Éthiopie, il était de pratique pour les Juifs pieux de se marier uniquement au sein de leurs propres communautés. Cela signifie ses caractéristiques

Sur la base d'une analyse de squelettes de la région datés du premier siècle de notre ère, le professeur Taylor conclut que Jésus mesurait probablement environ 166 cm (5 pieds 5 pouces), un peu mince et musclé, avec une peau brun olive, des cheveux brun foncé à noirs. , et les yeux marrons.”

“Pour moi, l'apparence de Jésus n'est pas uniquement faite de chair et d'os. Après tout, nos corps ne sont pas que des corps. Au lieu de cela, il s'agit des symboles sociaux et des messages d'identité perçus par les spectateurs d'art à travers les âges.

Le conférencier en études bibliques et religieuses MJC Warren de l'Université de Sheffield a soutenu un point similaire, affirmant qu'une reconstruction de la BBC montrant un homme aux cheveux noirs, à la peau brune et aux yeux bruns avec un visage altéré était une approximation beaucoup plus proche que celle de la culture commune .

Une peinture montrant le Christ guérissant le paralytique, trouvée dans l'église de Dura Europos et datant d'environ 235 après JC. Source : Fourni

Mme Warren souligne que même pas les propres disciples de Jésus Christ&# x2019 étaient toujours certains de son identité. Dans l'Évangile de Jean, Marie prend Jésus pour un jardinier. Après la résurrection, ses disciples &# x2014 qui pêchent &# x2014 ne parviennent pas à reconnaître le Christ lorsqu'il leur apparaît.

Et, dans Matthieu, le visage de Jésus n'est décrit comme &# x2018brillant&# x2019 que lorsqu'il parle à Moïse et à Élie.

Alors, peut-être que ce n'est pas tout cette histoire étrange n'a laissé aucune description claire de Jésus l'homme.

Les plus anciennes représentations connues du Christ proviennent de peintures et de sculptures réalisées pour décorer les cercueils et les catacombes dans lesquelles ils se trouvaient.

Ils ont été réalisés quelque 200 ans après sa mort.

L'un des meilleurs, dit Mme Warren, se trouve dans l'église syrienne de Dura Europus. Il montre Jésus guérissant un paralytique.

« Bien qu'il soit difficile de voir les détails du visage, ce Jésus a les cheveux courts et est rasé de près », dit-elle.

Et c'est la preuve que son image en dit plus sur ses spectateurs que sur l'homme lui-même.

« L'apparence de Jésus révèle beaucoup de choses sur la façon dont les portraits de lui commencent à fonctionner dans les premières communautés chrétiennes », dit-elle. “ Jésus porte un vêtement typique des hommes romains : une tunique avec du pallium. Jésus est généralement représenté, quels que soient les traits de son visage, comme se conformant aux attentes romaines concernant l'apparence des hommes vertueux.&# x201D

Le Christ tel que nous le voyons maintenant a commencé à émerger au 6ème siècle, comme dans une icône survivante du monastère Sainte Catherine&# x2019s dans le Sinaï.

Nous pouvons clairement voir la tradition naissante de représenter Jésus aux cheveux plus longs, à la peau pâle et à la barbe. Ici, il porte également le vêtement brun foncé généralement associé aux communautés monastiques, illustrant les valeurs changeantes imprégnées dans les représentations de Jésus.

L'une des principales choses que nous pouvons retenir de ces premières images de Jésus est que l'apparence de Jésus est imaginée comme correspondant aux attentes de la société quant à ce à quoi les gens devraient ressembler.

Le Christ Sauveur (Pantokrator), une icône à l'encaustique du VIe siècle du monastère Sainte-Catherine, Mont Sinaï. Source : Fourni

LES VÊTEMENTS FONT L'HOMME

Ce n'est pas seulement le visage du Christ qui est problématique.

&# x201CJesus&# x2019s le costume aurait été loin de la représentation dans da Vinci&# x2019s La Dernière Cène,&# x201D le professeur Taylor dit.

De telles caractéristiques du Jésus moderne ont été créées pour s'adapter au peu que la Bible dit de l'homme.

Il y a ses chaussures. Les livres de Matthieu, Marc et Jean disent clairement que Jésus-Christ portait des sandales. Le professeur Taylor dit que des exemples de ceux-ci de l'époque ont survécu.

“Il y a (d'autres) détails accessoires,” ajoute-t-elle. “ Dans la Bible (par exemple, Marc 6:56), vous pouvez découvrir qu'il portait un manteau — un grand châle (“himation” en grec) — qui avait des glands, décrit comme �ges&# x201D un tallith typiquement juif sous une forme qu'il était dans l'antiquité.”

Cela aurait généralement été fait de laine. Et les hommes de l'époque les préféraient non teints, commente le professeur Taylor. Mais, en vérité, il aurait pu être grand, petit, épais, mince, aux couleurs vives ou fade.

Le livre de Matthieu dit que les vêtements du Christ&# x2019sont devenus blancs comme la lumière&# x2019 pendant la Transfiguration sur la montagne avec Elie et Moïse.

L'apôtre Jean ajoute la tunique du Christ&# x2019s était faite d'un seul morceau de tissu.

« C'est étrange, car la plupart des tuniques étaient composées de deux pièces cousues aux épaules et sur les côtés », explique le professeur Taylor. Les tuniques d'une seule pièce dans la Judée du premier siècle étaient normalement des sous-vêtements fins ou des vêtements pour enfants. Nous ne devrions pas penser aux sous-vêtements contemporains, mais porter un une-pièce seul n'était probablement pas une bonne forme. C'était extrêmement basique.”

En outre, le livre de Marc raconte une histoire du Christ critiquant ceux qui portaient de longues tuniques avaient tendance à être riches et quelque peu impressionnés par leur propre tenue vestimentaire.

Une image projetée grandeur nature de " La Cène", avec l'interprétation du Christ par Léonard de Vinci au centre. Photo : AFP Source : AFP

Les théologiens discutent souvent de sa signification. Mais les histoires bibliques ont tendance à dépeindre le Christ comme un champion des pauvres.

« Peut-être n'est-il pas surprenant, alors, qu'un érudit nommé Celsus se souvienne de Jésus comme ayant l'air minable, écrivant au milieu du IIe siècle, dans un traité contre les chrétiens », affirme le professeur Taylor.

�lsus a fait ses devoirs. Il a interviewé des gens, et il — comme nous — était très intéressé par ce à quoi Jésus ressemblait. Des Juifs et d'autres personnes qu'il a interrogées, il a entendu que Jésus errait de la manière la plus honteuse à la vue de tous. Du point de vue des personnes respectables, nous pouvons supposer que Jésus avait l'air relativement grossier.

Miteux. Négligé. Dans ses sous-vêtements.

« Je doute que ses cheveux soient particulièrement longs, comme le montrent la plupart des œuvres d'art, compte tenu des normes masculines de l'époque, mais ils n'étaient sûrement pas bien soignés », déclare le professeur Taylor. « Porter une tunique de base que d'autres personnes portaient comme sous-vêtement correspondrait au détachement de Jésus à l'égard des choses matérielles.

Tout comme les prédicateurs modernes doivent s'habiller pour impressionner leur public, le Christ historique l'a fait aussi, soutient-elle.

Et son public était alors très différent de ce qu'il est maintenant.

“This, to me, is the beginning of a different way of seeing Jesus, and one very relevant for our times of massive inequality between rich and poor, as in the Roman Empire Jesus aligned himself with the poor and this would have been obvious from how he looked.

“The appearance of Jesus matters because it cuts to the heart of his message. However he is depicted in film and art today, he needs to be shown as one of the have-nots his teaching can only be truly understood from this perspective.”


Was Jesus Ugly? The Early Church Thought So

We don’t know how tall he was, if his nose was crooked, what his hair was like, or if he had smooth skin.

Candida mousse

W hat do you imagine when you picture Jesus? Do you picture a fair-skinned man with flowing light brown hair in a white caftan? Do you try to be more historically accurate and imagine him as a Middle Eastern man with tanned or dark skin, dark hair, brown eyes, and perhaps a beard? Or do you envision a balding man with a monobrow, hunchback, and patchy beard who stood about four and a half feet tall? If you picked the last option then, congratulations, your perspective aligns with that of the early church. While most artists and modern filmmakers portray Jesus as dreamy, ancient Christians seem to have thought that he was pretty ordinary-looking if not, in their estimation, downright ugly.

Though scholar Joan Taylor has written an excellent book on the subject, we do not know what Jesus actually looked like. The Bible tells us absolutely nothing about Jesus’s facial features. The only real interaction with or discussion of his body comes after he is resurrected from the dead when the Apostle Thomas says that he wants to put his hand on the marks of the crucifixion. And that’s it. We don’t know how tall he was, if his nose was crooked, what his hair was like, or if he had smooth skin. We know a little bit about his fashion sense—he advises against wearing flowing robes in Mark 12—and his face shone brighter than the sun during the transfiguration. But there’s nothing that would lead you to swipe left or right on his profile.

What’s strange about this is that the ancient Greeks and Romans were somewhat looks-obsessed: they provide us with wildly racist handbooks that use bodily characteristics to determine and dissect a person’s character. According to these and broader consensus, you could tell the kind of person you were dealing with from their appearance. The Roman Emperor Augustus is described by his biographer Suetonius as “unusually handsome” even though “he cared nothing for personal adornment” and his eyes were so clear and bright it was almost as if they had a certain divine power. The Emperor Otho, who ruled for a mere handful of months, was less fortunate. Suetonius pictures him as unmanly and effeminate: he was “splay-footed and bandy-legged,” wore wigs to conceal his receding hairline, and spent a lot of his time depilating his body and admiring himself in a mirror.

Descriptions of a person’s physical appearance could go far beyond just the color of their hair, eyes, and skin. Everything from the tenor of a person’s voice to the way that they carried themselves was up for debate. Plutarch tells us about how Alexander the Great smelled: he had a “very pleasant odour [that] exhaled from his skin” and filled his garments. In a world without deodorant this is quite an advantage. A description of a self-emancipated third century slave refers to both his honey-colored skin and the fact that he walks around like a bigshot “yapping in a shrill voice.” Dr. Robyn Faith Walsh, assistant professor of New Testament and Early Christianity at University of Miami, told La bête quotidienne that “it was normal and quite expected across a variety of literary genres to describe the physical appearance of central figures” so it is “very strange” that no one tells us what Jesus looked like.

Walsh told me that there are a variety of explanations for this. Perhaps the evangelists didn’t depict Jesus because in Judaism you don’t describe the appearance of a God or perhaps they didn’t know what he looked like. The problem with these explanations, she said, is that there are exceptions: “We have examples of art in which the Jewish God is depicted [and] many ancient authors were happy to describe their subjects absent ‘eyewitness’ knowledge. And, since the gospel writers were still bound by the conventions of imperial writing, you might think that they would offer this kind of detail even if that detail were fanciful on their part.”

The earliest Christian artwork from third and fourth century Syria and Rome shows Jesus as youthful, clean-shaven, and holding a staff. In many of these he just looks like a traditional Roman male. All of these images are stylized depictions of what certain kinds of men (e.g. philosophers) looked like so they don’t tell us much about Jesus himself. An apocryphal story tells us that Pontius Pilate painted a portrait of Jesus but this almost certainly didn’t happen and we don’t have the portrait even if it did.

Writing in the third century, the church father Origen seems to have thought that Jesus was ugly. He writes that Isaiah prophesied that Jesus would arrive “not in comeliness of form, nor in any surpassing beauty.” Origen, like the second century authors Justin Martyr and Irenaeus, were using Isaiah 53:2-3 which predicted that the Messiah would be unattractive so that people not “desire him.” In other words, he was a bit funny-looking because an attractive Messiah might be distracting to his followers. Other Christian writers like Clement of Alexandria gave, Walsh said, “the ancient equivalent of ‘he’s got a great personality’” argument. At best, outgoing President Trump might say, he’s a 4.

A Christian addition to the writings of the first century Jewish historian Josephus provides a much fuller description. The fragmentary insertion reads that Jesus “was a man of simple appearance, mature age, dark skin, short growth, three cubits tall (four and a half feet), hunchbacked, with a long face, a long nose, eyebrows meeting above the nose, so that the spectators could take fright, with scanty hair… and an underdeveloped beard.”

In both ancient and modern contexts some of these physical features are widely held to be undesirable. Even though these traits are fundamentally neutral—there’s nothing good or bad about eyebrows that meet—they are interpreted as signs of ugliness, goodness, or even moral superiority depending on the context. Ancient people discriminated just as we do but the question is, why would ancient authors choose to describe Jesus as culturally undesirable?

It’s worth noting that Jesus isn’t the only famous ancient teacher who is described in this way. Aesop, the enslaved man responsible for the fables we still read to our children, and Socrates, the famous philosopher, were both described as unattractive. Aesop receives particularly harsh treatment he had “loathsome aspect… [was] potbellied, misshapen of head, snub-nosed, swarthy, dwarfish, bandy-legged, short-armed, squint-eyed, liver-lipped—a portentous monstrosity.” The Apostle Paul was, similarly, described as balding, sporting a unibrow, and bandy-legged but despite all of this was still quite a hit with the ladies.

Despite their ableism and racism, descriptions like this work by showcasing the personal charisma and brilliance of the speaker: Aesop, Socrates, Paul, and Jesus have left remarkable legacies behind them and we can be sure that their success was unrelated to their appearance. In the case of religious figures like Jesus and Paul their unattractiveness helped protect their followers from the dangers of sexual attraction. As Jennifer Eyl has written about Paul’s relationship with his female disciple Thecla, Paul and Thecla never look at each other because of the risk that they might fall in love.

Over time, however, people grew dissatisfied with the idea of an ugly Jesus. A 15th century version of an apocryphal text called the Letter of Lentulus, which was attributed to a member of the Roman senate, changes the description of Jesus quite radically. Jesus is described as having “ripe hazel-nut” hair that falls into something like a curly bob, he has clear skin “without wrinkle or spot,” and “abundant” facial hair with a perfectly shaped nose and mouth, bright eyes, and beautiful hands and arms.

Now-beautiful Jesus got ripped during the 19th and 20th century when the frail and emaciated Jesus of the crucifixion began to fall from favor. Walsh links this shift to the rise of Muscular Christianity and the idea that industrialization was making life too easy on people. Muscular Christianity introduced sports and physical fitness into churches and society at large through the YMCA. This lays the groundwork for modern cinematic depictions of Jesus in which Jesus is pretty attractive. To be sure, movies have a tendency to make everyone a lot better looking, but when Portuguese actor Diogo Morgado played the Galilean preacher in 2014 #HotJesus started trending on twitter.

Though none of these depictions of Jesus are actually historical, they do speak to different sets of interests in the body of Jesus is he a cultural ideal or does his unusual appearance highlight the significance of his message and the absurdity of our own preoccupations with physical appearance? If nothing else at least, an ugly Jesus runs less of a risk of leading us into temptation.


Fake History Hunter

This image has been shared all over the internet with the claim that it is the, or one of the earliest known paintings, images or pictures of Jesus Christ.

The image shows St. Thomas touching the wound of Christ with his finger so he could believe in his Resurrection, while the rest of the disciples look on.

The picture gets quite a lot of attention because the skin colour of both Jesus and the disciples.

Some people claim that the image was darkened by age, varnish, candle smoke, lead whitewash, etc.
And although these things indeed sometimes darken paintings in this case the people really do have a dark skin.
Which is not strange as the painting has a strong Byzantine influence and in these types of paintings darker skin is far from uncommon, not always because the people they depict were actually dark skinned.

But if this truly was the earliest known picture of Jesus it would be extremely famous, some people may think that the image was hidden or ignored by historians because they don’t like the idea of a dark skinned Jesus, but if that was the case the painting wouldn’t be on display at the Coptic Museum for everyone to see.
Anyone visiting it would be sharing it, every modern history book on the subject would have mentioned it by know, it would be shown in documentaries, etc.
Remember that in 2001 forensic anthropologist Richard Neave made a model of what Jesus might have looked like, an image of a typical of the era.
It got a lot of attention and in stead of hiding or ignoring it the image became famous.

Made by Richard Neave

Anyone knowing about this so called first image of Jesus in the Coptic Museum would have mentioned it then.
Also if this was the first image of Jesus it would be extremely well protected, draw huge crowds and you would not be allowed to take a photo… especially not with a flash camera!
There is a reason to why this image is not shared in books, documentaries and special international travelling exhibits, but does get a lot of attention on social media, and no it is not because of some sort of conspiracy.

What the real Jesus looked like is something we don’t really know, it is highly likely that he looked like most men in the region the bible stories take place in a Jewish man from Galilee.
Which makes it unlikely that he was white skinned, had blue eyes and long blonde hair.
I’m not sure why some people still find it an astonishing discovery or something controversial to say that Jesus probably didn’t look like how he was portrayed all over the world for centuries.

The painting is indeed on display at the Coptic Museum in Cairo, so all it took for me to deal with this myth was to get in touch with the museum and simply ask them.
This was their response

It shows Saint Thomas touching the wound of Christ with his finger while disciples look on.

St. Thomas touches the wound of Christ with his finger so he could believe in his Resurrection, while the rest of the disciples look at Thomas or at Christ. 18th Century (AD) Greek style.

So the experts at the museum where this piece is displayed are telling us it is from the 18th century, this doesn’t come from me.
If you don’t believe me I suggest you get in touch with the museum yourself.

From the Coptic Art book (pic via A. Lave)

The icon is on display for everyone to see at the museum, not in a special room with extra protection, there’s no permanent guard, it is not advertised as such, even though the museum obviously would do that as the revenue of the countless visitors to the museum if they truly had the oldest image of Jesus would be immense.

Prof. Dr. Sherin Sadek El Gendi, Associate Professor of Coptic and Islamic art and archaeology at the Faculty of Arts/Ain Shams University in Cairo, Egypt, also wrote about this art piece in her article ‘Different Attitudes of Jesus Christ in Coptic Art‘

In the Incredulity of Thomas event decorating another rare icon in the Coptic Museum in Cairo, the Christ stands on a flight of stairs flanked by his disciples. His brown-half long hair is decorated by a golden cross-halo. Being barefoot, he raises his right hand to show the wound. In his other hand, in his right side and his feet, other wounds are seen. Having beard and moustache, Jesus wears a white tunic under an orange pallium. Six disciples, between them Thomas, stand to the left side of Jesus. To his right side, other five disciples appear and they are appointing with hands. Wearing different colored tunics and pallia, they have brown or grey hair, beards and moustaches. Like the first disciple to the right, Thomas has a red beard around his right arm. All have small heads, slightly curved eyebrows, small eyes and mouths and straight noses. The event is going on under a red-brown arcade. To the left and to the right of the background, buildings are shown under a golden sky.Above the buildings,it is written: “the incredulity of Thomas”.In the Christ’s cross-halo, one can read: The one who is. Dating from the beginning of the eighteenth century A. D., the icon is painted on linen, fixed to a panel.

She also describes the object as such

27Nº 4871. Dimensions: 43,9 x 59,1 x 1,8 cm. Bought from NICOLA KYRODOS on the 26thof June 1939. V. GIRGIS, Icons, p. 59, nº66, fig. 66. The Icons, pp. 108-109, nº 119, pl. 31/b.

So the painting was made in the 18th century.
Yes, 1700 years after Jesus lived.
Making religious icons was very popular then.
Ibrahim Al-Nasikh was well known for making these and for a short time I assumed he may have made this one but the museum spokesperson explained to me that it was not and all they know is that it was made in the Greek style, in the 18th century and they’re not sure by who.
I got in touch with several experts on Coptic, Greek Russian art and they all agreed that this was a relatively new icon, possibly Russian, given to the Coptic Museum.

I don’t have a stake in this game, it doesn’t matter to me what his skin colour was, I am not religious and never have been.
So although this article is mostly just about if the story about this painting is real or not, I can’t resist writing a little about what Jesus might have looked like and what the earliest images of him looked like.

Religious texts don’t tell us much about his appearance.
One important detail to remember is that all descriptions we have of what Jesus looked like probably come from after he lived.
That includes the bible.

The only description of Jesus we have in the bible comes from the Book of Revelation from the New Testament.
Here it says

Les hair on his head was white like wool, as white as snow, and his eyes were like blazing fire. His feet were like bronze glowing in a furnace, and his voice was like the sound of rushing waters. In his right hand he held seven stars, and coming out of his mouth was a sharp, double-edged sword. His face was like the sun shining in all its brilliance.

Things to keep in mind are that this is not a description of Jesus as how people would/could have known him when he was still alive.
This is what Jesus looked like in a vision to a certain John, who may have been John the Apostle but we don’t really know who he was.
So this is the account of one man who had a vision many years after Jesus had died.
This was Jesus his heavenly form.
People often forget to mention that when they use this to describe what Jesus may have looked like.
But even if this was in relation to what Jesus looked like when still alive, even then it is vague enough to not really tell us very much.
So let’s move on to the images.

This, as far as I know, is the actual first image of a human Jesus, although historians aren’t quite sure.

The Healing of the Paralytic – one of the oldest possible depictions of Jesus, from the Syrian city of Dura Europos, dating from about 235 AD

There is one that might be earlier, but it doesn’t tell us anything about how people thought he looked like because it is graffiti probably meant to mock Jesus by giving him the head of a donkey.
We don’t know much about Jesus but I’m pretty sure he didn’t have a donkey’s head.

The Alexamenos graffito, roughly dated between the 1st & 3rd centuries AD.
In greek it says “Alexamenos worships God” and shows a crucified man with a donkey’s head.

Here’s another contender, 2nd century, Catacombs of Domitilla on the Via Appia Antica in Rome, the last Supper fresco.

Here are a few more images showing Jesus, mostly from the 3rd and 4th centuries.

Jesus in the Catacombs of Rome. Third-century fresco from the Catacomb of Callixtus of Christ as the Good Shepherd. Bearded Jesus between Peter and Paul, Catacombs of Marcellinus and Peter, Rome. Second half of the 4th century. Mural painting from the catacomb of Commodilla. One of the first bearded images of Jesus, late 4th century.

So, conclusion we don’t really know what Jesus looked like, no contemporary images or descriptions exist and when people started drawing him centuries after he died they generally painted him the way people around them looked at the time.
But the icon image at the top of this article is not, I repeat, not the earliest known image of Jesus.

Special thanks to Mr. Dommershuijzen for helping me with the detective work.

Picture(s) found online, used for (re-)educational purposes only.
I do not own the copyrights to this picture, I only share it here for educational purposes to try and make sure the real story behind it becomes known and people will stop spreading false information.

If the copyright owner objects to the sharing here, kindly contact me and I shall alter the article.


Hair like wool?

The verse says his hair was white like wool, not that it was textured like wool, or that it appeared as wool. If I said that someone’s hair was red like an apple, does that mean we should envision them with a bunch of apples on their head? Or if someone’s hair is brown like chocolate, that we should imagine their head has a bunch of chocolate on it?

Jesus is not said to have hair like wool, but to have hair the colour of wool. It actually says in verse 14 that it was white like snow as well, and obviously Jesus doesn’t have hair that was shaped or textured like snowflakes. White like wool, not textured like wool or in the likeness of wool.

Why was it white like wool? This may be because Jesus was in a glorified/heavenly state, and just as we see from verse 16 that his face was shining like the sun, the hair of Jesus was also radiating and illuminating the glory and holiness of God Himself. The fullness of the glory of Christ was seen by some of the disciples in Matthew 17 during the transfiguration on the mount, where it says:

And he was transfigured before them, and his face shone like the sun, and his clothes became white as light. – Matthew 17:2

The clothes he was wearing became white as a result of the glorification, implying that they weren’t originally white. “Became” implies a process of change. They used to be a colour other than white, and then they became white from the glory. It is most probable that the hair of Jesus was white in the same context that his clothes were white, being totally and completely lit up from the glory of God emanating from him.


Does This 1,500-Year-Old Painting Show What Jesus Looked Like?

The face of Christ, with proposed reconstruction, found in the Baptistery chamber beside an ancient Israeli church.

In an extremely rare early painting found in an ancient Israeli church, Jesus looks completely different from the long-haired, bearded Western image of him.

Archaeologists from the University of Haifa in Israel discovered the previously unknown 1,500-year-old painting of Jesus in the ruins of a Byzantine-era farming village in the Negev desert of southern Israel.

“I was there at the right time, at the right place with the right angle of light and, suddenly, I saw eyes," art historian Emma Maayan-Fanar, who first noticed the image on the wall of a church, recounted to the Israeli newspaper Haaretz. "It was the face of Jesus at his baptism, looking at us."

As the gospels never describe Jesus’ appearance, and no known contemporary description of him exists, every image of him we see is based on later artistic versions. In the early centuries of Christianity’s evolution, Maayan-Fanar told Haaretz, Christ was depicted various ways, both with short and long hair, bearded and clean-shaven. But by the sixth century, Western images consistently showed Jesus with long, flowing hair and (often) a beard.

The Baptistery chamber beside the Northern Church in Shivta.

Though exposure to the sun over centuries has reduced the image found in the ancient village of Shivta to little more than faint outlines and smudges of color, Maayan-Fanar and her colleagues argue that it depicts a young man with “short curly hair, a prolonged face, large eyes and an elongated nose.”

Writing of their discovery in the journal Antiquity, the researchers conclude that the image was painted in the sixth century A.D., and �longs to the iconographic scheme of a short-haired Christ, which was especially widespread in Egypt and Syro-Palestine, but gone from later Byzantine art.”

The painting was once located above a Baptist font in the shape of a crucifix, leading the researchers to conclude it may have depicted the baptism of Christ, a common theme in early Christian and Byzantine art.

Though Christianity was born in the Holy Land, very little early Christian art survives there from this particular period. Beginning in the eighth century A.D., during the so-called “Iconoclastic Controversy,” many Christians in the Byzantine Empire considered creating religious images to be the equivalent of worshipping icons, which were outlawed by Emperor Leo III in 726 A.D. and remained so until the middle of the 9th century.

The newly discovered painting appears to be the first pre-iconoclastic scene of Christ’s baptism found in the Holy Land.


Voir la vidéo: Lénigme de Jésus Christ - Du Mythe à la Réalité