Trinité

Trinité


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La doctrine chrétienne de la Trinité (du latin trinus, signifiant « triple ») professe qu'il y a un seul Dieu, mais trois personnes éternelles et consubstantielles (aspects) : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Le Père est le Dieu d'Israël (le Dieu créateur de la Genèse), le Fils est le Jésus historique de Nazareth, et le Saint-Esprit est la présence ou l'esprit de Dieu qui les lie ensemble. Le mot « trinité » n'apparaît nulle part dans la Bible ; le concept a été finalisé lors du premier concile de Nicée en 325 de notre ère après des années de débat. C'était une tentative d'articuler la croyance du christianisme en l'unité de Dieu avec leurs revendications au sujet de Jésus et leurs expériences de l'esprit.

Monothéisme juif et Jésus en tant qu'être divin

Notre concept moderne de monothéisme est défini comme la croyance en un seul Dieu, mais les anciens n'exprimaient pas leur point de vue comme une croyance, ce qu'ils faisaient, leurs actes rituels étaient plus importants. Les Juifs reconnaissaient l'existence d'autres pouvoirs - le « ciel » juif était peuplé de degrés de divinité ; les archanges, les anges, les chérubins et les séraphins - mais ils n'avaient reçu l'ordre d'en adorer qu'un seul. Le culte dans le monde antique consistait en des sacrifices.

L'innovation chrétienne était de prétendre que le serviteur souffrant était Dieu lui-même, qui s'est humilié dans la manifestation du Jésus physique et terrestre de Nazareth.

Nous ne savons pas exactement ce qui s'est passé lorsque les disciples ont vécu la résurrection de Jésus ; personne n'a rien écrit. Cependant, la plupart des érudits s'accordent à dire qu'ils ont vécu quelque chose, soit physique, soit spirituel, ou peut-être une vision. Les évangiles affirmaient que Jésus « est monté au ciel » et saint Etienne a imaginé Jésus « se tenant à la droite de Dieu » dans sa vision avant sa mort (Actes 7 :55). Au 1er siècle de notre ère, il y avait de nombreuses histoires selon lesquelles les patriarches d'Israël et les martyrs des Maccabées étaient au ciel, dans un concept connu sous le nom de « justification des justes ». Cela peut avoir été la compréhension initiale de Jésus comme (maintenant) parmi ceux qui sont au ciel.

Les lettres de Paul

Paul, un pharisien juif écrivant dans les années 50-60 de notre ère, a également eu une vision de Jésus au ciel. Une voix lui a dit d'être l'apôtre des Gentils (non-Juifs), et il a créé des communautés de croyants dans tout l'Empire romain d'Orient. Mais comme Paul l'avait dit, la souffrance et la mort sur une croix du messie de Dieu étaient "une pierre d'achoppement pour les Juifs et une folie pour les Gentils" (1 Corinthiens 1:23). Un chrétien primitif inconnu s'est tourné vers les passages du « serviteur souffrant » d'Ésaïe 53-54 pour rationaliser ce qui s'est passé. Isaïe a avancé qu'un serviteur souffrant était fidèle à Dieu mais souffrait, a été torturé et tué. Dieu l'a ressuscité des morts et l'a placé à côté de lui sur son trône. Dans le contexte d'Isaïe, le serviteur souffrant était la nation d'Israël. Les premiers chrétiens ont affirmé qu'il s'agissait d'une prophétie pour Jésus de Nazareth, maintenant communément appelé Christ (en grec Christos pour le terme hébreu « messie »). Un premier hymne récité par Paul se trouve dans Philippiens 2:6-11, en utilisant plusieurs des phrases d'Isaïe :

[Jésus] Qui, étant par nature Dieu, ne considérait pas l'égalité avec Dieu comme quelque chose à utiliser à son avantage; au contraire, il s'est fait rien en prenant la nature même d'un serviteur, étant fait à la ressemblance humaine. Et se trouvant en apparence en tant qu'homme, il s'est humilié en devenant obéissant jusqu'à la mort — même la mort sur une croix ! C'est pourquoi Dieu l'a élevé au plus haut lieu et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse, dans les cieux et sur la terre et sous la terre, et que toute langue reconnaisse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.

Christ, « étant dans la nature même de Dieu » a produit le concept que Christ a pré-existé et était présent à la création. Mais en même temps, Paul a aussi dit : « Mais quand le temps fixé fut pleinement venu, Dieu envoya son Fils, né d'une femme, né sous la loi [de Moïse] » (Galates 4:4). Les Juifs conçoivent Dieu comme altruiste, se manifestant dans l'histoire pour le salut d'Israël. Dans les livres des Prophètes, dans les derniers jours, Dieu se révélerait à toutes les nations. L'innovation chrétienne ici était de prétendre que le serviteur souffrant était Dieu lui-même, qui s'est humilié dans la manifestation du Jésus physique et terrestre de Nazareth.

La ligne "chaque genou doit s'incliner" reflète l'antique s'inclinant devant les images des dieux. Paul a dit que tous devraient adorer Jésus, et pour autant que nous le sachions, cela signifiait des hymnes et des prières à Jésus, des supplications à Jésus, baptisant en son nom, guérissant et exorcismes en son nom, et sa présence invoquée dans les repas eucharistiques (1 Cor. 1:2; 2 Cor. 12:8-9; 1 Cor. 16:22; Romains 10:9-13; 1 Cor. 6:11; Romain 6:3; I Cor. 11:17-34).

Vous aimez l'histoire ?

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite !

Le Divin Jésus et le rôle de l'Esprit

Au fil du temps, l'esprit a été littéralement prétendu être présent dans ce qui est devenu les sacrements chrétiens.

Après que Jésus marcha sur l'eau, « Alors ceux qui étaient dans la barque l'adorèrent, disant : « Vraiment tu es le fils de Dieu » » (Matthieu 14 :33). Ceux qui ont rencontré Jésus ressuscité « l'ont adoré » (Matthieu 28 :17 ; Luc 24 :52). Quand Jésus est apparu aux disciples en Galilée, Jésus a dit : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit » (Matthieu 28 :19). n'est pas encore le concept de la Trinité, mais il reflète le premier rituel formalisé du baptême.

L'« esprit », « l'esprit saint » et « l'esprit de Dieu » apparaissent 275 fois dans le Nouveau Testament, mais ce n'est pas encore une entité distincte de Dieu. Dans le judaïsme, "l'esprit de Dieu" équivaut au "souffle de Dieu" qui animait Adam, qui possédait les prophètes, et la présence de Dieu dans le Temple. Dans cette veine, lorsque la colombe est descendue sur Jésus lors de son baptême, elle symbolisait la présence de Dieu, reconnaissant Jésus comme son fils. Dans Actes 2, les disciples reçoivent le Saint-Esprit à la fête de la Pentecôte, Pierre dit alors : « Repentez-vous et soyez baptisés, chacun de vous, au nom de Jésus-Christ pour le pardon de vos péchés. Et vous recevrez le don de l'esprit saint" (38). Dans les lettres de Paul, être possédé par le Saint-Esprit permettait aux croyants de « parler en langues », de prophétiser, d'enseigner et de guérir. Au fil du temps, l'esprit a été littéralement prétendu être présent dans ce qui est devenu les sacrements chrétiens.

Le christianisme au IIe siècle de notre ère

L'Empire romain a commencé à persécuter les chrétiens pour leur refus de participer aux cultes d'État et impériaux pendant le règne de Domitien (r. 83-94 CE). Non seulement les chrétiens étaient coupables d'athéisme (incrédulité dans les dieux), mais la Rome conservatrice avait également un préjugé de longue date contre les nouvelles religions. Les Juifs avaient été exemptés des cultes d'État depuis l'époque de Jules César (100-44 avant notre ère), mais les chrétiens n'étaient pas juifs, ni membres de cultes indigènes traditionnels. Les Pères de l'Église ont demandé aux empereurs romains d'exempter les chrétiens des cultes d'État, mais pour les étrangers, le christianisme n'était pas le monothéisme, les chrétiens adoraient deux dieux.

À travers le dispositif littéraire de l'allégorie, Justin Martyr (100 - c. 160 CE) a affirmé que chaque fois que Dieu apparaissait dans les histoires, c'était en fait une forme du Christ préexistant. Par conséquent, les chrétiens ont conservé l'unité de Dieu qui émanait de sa parole (la logo) dans le Christ. Le christianisme n'était pas nouveau ; leurs croyances étaient basées sur les anciennes traditions des Juifs.

Tertullien (155-200 CE) a été le premier à utiliser le terme latin « trinité ». Il l'a décrit comme une « économie divine » comme dans la maison ou la monarchie de Dieu. Dieu le Père a établi le plan divin, Dieu le Fils a exécuté la volonté du Père, et Dieu l'Esprit a motivé la volonté de Dieu dans les croyants (Adversus praxéen, 27). Dans l'Empire romain d'Occident, les églises utilisaient ce qu'on appelait l'ancien symbole romain, ou le symbole des apôtres au 4ème siècle de notre ère. Il comprenait des croyances trinitaires, mais sans les concepts philosophiques qui sont devenus une partie de Nicée.

La controverse arienne et le premier concile de Nicée

En 312 EC, l'empereur romain Constantin I (r. 306-337 EC) s'est converti au christianisme et est devenu simultanément le chef de l'Église chrétienne. Il a promu l'unité de croyance dans tout l'empire. Le concept de la Trinité aurait pu rester une entreprise intellectuelle seulement, mais une controverse a émergé dans la ville d'Alexandrie qui s'est étendue à d'autres villes (318-321 EC). Arius, un prêtre d'Alexandrie a enseigné que si l'on croyait que Dieu a tout créé, alors à un moment donné, il a dû créer le Christ. En effet, les termes mêmes du Père et du Fils indiquaient que le Christ était subordonné à Dieu. L'évêque d'Alexandrie excommunia Arius, mais d'autres chefs religieux prirent son parti. Des émeutes ont éclaté entre les différentes factions dans différentes villes.

En 325 EC, Constantin a appelé à un conseil à l'échelle de l'empire pour résoudre la question. Le défi était d'articuler la manière dont l'unité de Dieu se trouvait aussi dans sa transcendance (par la puissance de l'Esprit) et sa nature incarnée (prendre chair dans le Fils). La réunion a eu lieu à Nicée, près de la nouvelle capitale de Constantinople qui était toujours en cours. Environ 217 évêques y ont participé avec leur entourage. Constantine a payé les frais de voyage et le gîte et le couvert de tout le monde. Lors des discussions au Concile de Nicée, divers points de vue ont été débattus :

  • Monarchianisme - Dieu en tant que roi qui a délégué ses pouvoirs au Fils et au Saint-Esprit
  • Subordinationisme ou Arianisme - le Fils était une créature et subordonné au Père
  • Le sabellianisme - une union parfaite entre le Père et le Fils, et ainsi le Père a été crucifié dans le Fils. Ce concept a finalement été déclaré hérétique.

Les débats sur la Trinité étaient assez ésotériques et comprenaient des idées philosophiques de l'univers. Le Christ était-il homo-ousios, un être comme le Père, ou était-il homoi-ousios, de l'essence identique du Père ? Notez que la différence est dans un iota, une différence subtile dans le grec. Le Concile a opté pour le second choix en ce que Dieu et le Christ étaient identiques dans leur essence et que le Christ était une manifestation de Dieu lui-même sur terre. Au-delà de la théologie ésotérique, cependant, l'implication pratique du choix du Christ étant identique à l'essence de Dieu était qu'il maintenait théoriquement intact le monothéisme du judaïsme traditionnel. Le fait d'avoir Christ identique à Dieu a confirmé l'idée que Christ était préexistant et a aidé à créer l'univers.

Le choix a renforcé le statut de l'empereur chrétien. Au fil du temps, le royaume imminent de Dieu s'était évanoui. Le royaume était encore à venir, mais dans l'intervalle, l'empereur chrétien devait remplacer le Christ sur terre. L'empereur devrait donc avoir le même pouvoir de Dieu sur terre qu'il gouverne. C'est après le Concile de Nicée que les empereurs chrétiens ont commencé à être représentés avec un halo et les attributs du culte divin.

Le Credo de Nicée

Le concept de credo (du latin credo, "Je crois") était une innovation chrétienne. Avec de multiples cultes indigènes, il n'y avait aucune autorité centrale qui dictait ce que tous devaient croire. Le symbole de Nicée a formalisé un système de croyance qui a été promu par le pouvoir de l'empereur (et de ses légions). En tant que tel, toute dissidence du Credo était désormais une trahison. Voici la traduction anglaise du Credo de Nicée :

Nous croyons en un seul Dieu, le Père Tout-Puissant, Créateur de toutes choses visibles et invisibles : — et en un seul Seigneur Jésus-Christ, le Fils de Dieu, le Fils unique du Père, c'est-à-dire de la substance du Père ; Dieu de Dieu et Lumière de lumière ; vrai Dieu du vrai Dieu; engendré, non fait, consubstantiel au Père : par qui toutes choses ont été faites, aussi bien dans les cieux que sur la terre : qui, à cause de nous les hommes et à cause de notre salut, est descendu, s'est incarné et s'est fait homme ; souffert, ressuscita le troisième jour, et monta aux cieux, et reviendra pour juger les vivants et les morts. [Nous] aussi [croyons] au Saint-Esprit. Mais la sainte église catholique et apostolique anathématise ceux qui disent qu'il fut un temps où il n'était pas, et qu'il n'était pas avant d'être engendré et qu'il a été fait de ce qui n'existait pas, et ceux qui affirment qu'il est d'une autre substance ou essence que le Père, ou qu'il a été créé, ou est susceptible de changement. (Eusèbe, Histoire ecclésiastique, Livre VIII, cité dans Schaff, Tome 1)

L'empereur présidant le Concile, la plupart des évêques acceptèrent le Credo, mais deux refusèrent : Eusèbe, l'évêque de la cour de Constantin, et bien sûr, Arius qui avait été amené enchaîné d'Alexandrie. Tous deux ont été envoyés en exil. Cependant, après que certains des évêques soient rentrés chez eux, ils l'ont contesté, c'est pourquoi d'autres conciles ont dû être appelés pour parvenir à la conformité. Ceux qui se sont rangés du côté d'Arius se sont dirigés vers l'est et le nord de la région de la mer Noire (les Balkans et la Russie), convertissant les gens. Ces ariens ont eu beaucoup de succès. Deux prêtres, Cyrille et Méthode, ont créé un alphabet, le cyrillique, qui est encore utilisé dans les Églises orthodoxes orientales et russes. Beaucoup des derniers envahisseurs de l'Empire romain (Goths, Wisigoths, Vandales, Huns) étaient des chrétiens ariens.

Plus tard dans la vie, Constantin a apparemment changé d'avis; il rappela l'évêque Eusèbe et Arius d'exil et les emmena à Constantinople. Il choisit l'évêque Eusèbe pour le baptiser sur son lit de mort. Arius est mort peu de temps après son retour dans des circonstances mystérieuses. Ses partisans prétendaient qu'il avait été empoisonné, mais ses ennemis considéraient cette intervention divine. À la mort de Constantin, l'Empire a été attribué à ses fils en trois parties, ce qui a souvent conduit à des complots et à la guerre civile. Avec l'ascension de Constance II (r. 337-361 CE), l'empire a été gouverné par un chrétien arien pendant un certain temps.

Le premier concile de Constantinople

Le premier concile de Constantinople de 381 CE a été appelé par l'empereur Théodose Ier (r. 379-395 CE) pour unifier les Églises orientale et occidentale après que Constantinople eut élu un évêque arien. En même temps, il a été reconnu que le Concile de Nicée n'avait pas clarifié le rôle du Saint-Esprit. Le Concile de Constantinople a condamné toutes les formes d'arianisme et a ajouté plus de détails au symbole de Nicée :

[En parlant de Jésus]. et s'est incarné par le Saint-Esprit et de la Vierge Marie et s'est fait homme; il a été crucifié pour nous sous Ponce Pilate, et a souffert et a été enseveli, et le troisième jour il est ressuscité, selon les écritures, et est monté au ciel, et s'est assis à la droite du Père. (cité dans Schaff, tome 14)

Ces détails supplémentaires ont été ajoutés en réponse aux vues chrétiennes gnostiques persistantes selon lesquelles Jésus n'est pas devenu humain mais est seulement apparu ainsi. La fonction de l'Esprit était maintenant rendue explicite :

Et dans le Saint-Esprit, le Seigneur et vivifiant, qui procède du Père, qui avec le Père et le Fils est adoré et glorifié, qui a parlé par les prophètes. (cité dans Schaff, tome 14)

Enfin, comme certains chrétiens avaient souhaité un second baptême pour enlever leurs péchés après le premier, une ligne a été ajoutée à la fin :

Nous reconnaissons un seul baptême pour la rémission des péchés ; nous attendons la résurrection des morts et la vie du monde à venir. (cité dans Schaff, tome 14)

La controverse Filioque et le concept moderne

Au 6ème siècle, certaines églises ont ajouté une clause à la description du Saint-Esprit : « Le Seigneur et vivifiant qui procède du Père et par le Fils » (latin : filioque). Plusieurs des églises orientales ont affirmé que cela diminuait la puissance de l'Esprit. En fin de compte, le débat sur cette clause (et d'autres questions) a entraîné la séparation des églises orthodoxes orientales des églises latines occidentales en 1054.

Le christianisme moderne résume le concept de la Trinité comme suit :

  • Les trois aspects au sein du Dieu éternel unique sont Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit.
  • Dieu le Père est la source éternelle et incréée du pouvoir.
  • Dieu le Fils (Parole ou Logos) est la tendance éternelle de Dieu à s'exprimer, à créer et à se manifester sur terre.
  • Dieu l'Esprit relie le Père au Fils et se manifeste dans l'Église et la vie des croyants.

Le nom dérive de Trinity House à Leith, qui détenait autrefois ces terres et possédait une grande ferme, Trinity Mains, dans la région. Les armoiries de la ferme sont conservées sur le pignon d'un immeuble moderne de Newhaven Main Street.

Bien qu'ayant quelques bâtiments du XVIIIe siècle, la zone a été largement développée au début du XIXe siècle, en tant que quartier de manoirs, de style globalement comparable à celui de The Grange à Édimbourg (Trinity est parfois appelée Leith's Grange). De nombreux bâtiments étaient des « maisons secondaires » pour les familles riches de la nouvelle ville et étaient traités comme une « retraite à la campagne ».

Le style d'habitation est désormais très hétérogène, le quartier ayant toujours été perçu comme désirable, et les promoteurs ont donc tenu à construire, généralement dans le style architectural préféré de leur époque. Le parc Victoria ajoute aux commodités de la région, tout comme un grand nombre de pistes cyclables et de passerelles dérivées des lignes ferroviaires désaffectées de la banlieue nord de la ville. East Trinity Road est typique pour avoir des types de propriétés allant des manoirs d'origine, des terrasses et des immeubles victoriens, des cottages aux développements modernes. Craighall Crescent a un croissant victorien d'un côté de la rue avec des maisons beaucoup plus tardives de l'autre côté.

L'aile nord-est vestige du château de Wardie du XVe siècle (plus tard Wardie House) survit sur Wardie House Lane. Cela a été reconstruit en 1780 par Sir Alexander Boswall qui donne son nom à Boswall Road.

Les numéros 17 à 23 de Boswall Road ont été construits en 1815. L'aile la plus à l'ouest (contenant une zone d'observation du télescope vers le port) était sa propre maison. Les blocs central et est ont été construits comme l'école missionnaire Pollock. La pièce de porte du numéro 21 semble être un ajout ultérieur pour embellir ce bloc par ailleurs simple.

Le bâtiment le plus remarquable sur Boswall Road était Wardie Lodge, rebaptisé plus tard Challenger Lodge par Sir John Murray en 1914, après son expédition Challenger enquêtant sur les formes de vie abyssales dans les océans profonds. Après avoir été utilisé comme maison d'enfants, il a été converti en hospice de St Columba, offrant des soins aux malades en phase terminale, en 1977. [1] Bien qu'encore existant, le pavillon d'origine est maintenant subsumé par des bâtiments modernes pour l'hospice.

Le 11 Boswall Road, East Cottage, date du 17ème siècle et était une résidence d'été à temps partiel pour le professeur John Wilson du nom de plume "Christopher North".

De 1821 à 1898, le Trinity Chain Pier a été utilisé par les ferries et plus récemment par les nageurs. Le bureau de réservation survit comme un pub. La gare de Trinity survit encore, jusqu'à une ruelle en face, mais est convertie à un usage résidentiel.

L'église paroissiale de Wardie est l'une des nombreuses églises de l'Église d'Écosse à Trinity.

Trinity Academy est l'une des écoles historiques de la ville mais possède de grandes extensions modernes sur son côté est.

Trinity Cottage (la maison de Christian Salvesen) a été démoli en 1969) [2] et remplacé par les bureaux du National Health Service (NHS). Il a à son tour été démoli en 2008 et remplacé par des maisons de ville modernes. Seuls le mur d'enceinte et le petit pavillon sud subsistent de la structure d'origine. [3]


Trinité

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Trinité, dans la doctrine chrétienne, l'unité du Père, du Fils et du Saint-Esprit en tant que trois personnes en une seule divinité. La doctrine de la Trinité est considérée comme l'une des affirmations chrétiennes centrales au sujet de Dieu. Elle s'enracine dans le fait que Dieu est venu à la rencontre des chrétiens sous une triple figure : (1) en tant que Créateur, Seigneur de l'histoire du salut, Père et Juge, révélé dans l'Ancien Testament (2) en tant que Seigneur qui, en la figure incarnée de Jésus-Christ, vivait parmi les êtres humains et était présent au milieu d'eux comme le « Ressuscité » et (3) comme l'Esprit Saint, qu'ils expérimentaient comme aide ou intercesseur dans la puissance de la vie nouvelle.

Ni le mot "Trinité" ni la doctrine explicite n'apparaissent dans le Nouveau Testament, et Jésus et ses disciples n'avaient pas l'intention de contredire le Shema dans les Écritures hébraïques : " Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est un seul Seigneur " (Deutéronome 6 : 4). Les premiers chrétiens, cependant, ont dû faire face aux implications de la venue de Jésus-Christ et de la présence et de la puissance présumées de Dieu parmi eux, c'est-à-dire le Saint-Esprit, dont la venue était liée à la célébration de la Pentecôte. Le Père, le Fils et le Saint-Esprit étaient associés dans des passages du Nouveau Testament tels que la Grande Commission : « Allez donc et faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit » (Matthieu 28:19) et dans la bénédiction apostolique : « Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l'amour de Dieu et la communion du Saint-Esprit soient avec vous tous » (2 Corinthiens 13:13). Ainsi, le Nouveau Testament a établi la base de la doctrine de la Trinité.

La doctrine s'est développée progressivement sur plusieurs siècles et à travers de nombreuses controverses. Initialement, tant les exigences du monothéisme héritées des Écritures hébraïques que les implications de la nécessité d'interpréter l'enseignement biblique pour les religions gréco-romaines semblaient exiger que le divin en Christ en tant que Verbe, ou Logos, soit interprété comme subordonné au Suprême. Étant. Une solution alternative consistait à interpréter le Père, le Fils et le Saint-Esprit comme trois modes de révélation de soi du Dieu unique, mais pas comme distincts dans l'être de Dieu lui-même. La première tendance reconnaissait la distinction entre les trois, mais au prix de leur égalité et donc de leur unité (subordinationisme). Les seconds acceptent leur unité, mais au prix de leur distinction en tant que « personnes » (modalisme). Le point culminant de ces conflits était la soi-disant controverse arienne au début du 4ème siècle. Dans son interprétation de l'idée de Dieu, Arius a cherché à maintenir une compréhension formelle de l'unité de Dieu. Pour défendre cette unité, il fut obligé de contester l'identité d'essence du Fils et du Saint-Esprit avec Dieu le Père. Ce n'est que plus tard au IVe siècle que la distinction des trois et leur unité furent réunies en une seule doctrine orthodoxe d'une essence et de trois personnes.

Le Concile de Nicée en 325 a énoncé la formule cruciale de cette doctrine dans sa confession que le Fils est « de la même substance [.homoousios] comme le Père », même s'il en dit très peu sur le Saint-Esprit. Au cours du demi-siècle suivant, saint Athanase défendit et affina la formule de Nicée et, à la fin du IVe siècle, sous la direction de saint Basile de Césarée, saint Grégoire de Nysse et saint Grégoire de Nazianze (le Pères Cappadociens), la doctrine de la Trinité a pris substantiellement la forme qu'elle a conservée depuis. Il est accepté dans toutes les confessions historiques du christianisme, même si l'impact des Lumières a diminué son importance dans certaines traditions.


La contribution chinoise

À Weaverville, la Weaverville Joss House est un rappel frappant de la contribution chinoise à cette partie de la Californie. Au-dessus de la porte d'entrée, les caractères chinois en or lumineux se traduisent par "Le temple de la forêt sous les nuages". La Weaverville Joss House est le plus ancien temple chinois continuellement utilisé en Californie.

Les Chinois arrivent en Californie En 1848, la nouvelle de la découverte d'or en Californie a ému la Chine comme le reste du monde. Depuis quelque temps, le sud de la Chine connaît des difficultés économiques et l'émigration vers les champs aurifères de Californie semble une solution. Des milliers de personnes sont venues, espérant trouver de l'or et retourner en Chine en tant qu'hommes riches. Des immigrants chinois, principalement de la province du Guangdong, ont établi des revendications dans le comté de Trinity.

Malgré l'impôt mensuel élevé de 4 $ sur les mineurs étrangers, les Chinois travailleurs ont pu renvoyer leurs revenus à leurs familles en Chine. Malheureusement, tous les mineurs chinois n'ont pas prospéré dans les champs aurifères.

Cet environnement éloigné et impitoyable en a amené beaucoup d'autres dans des tombes anciennes, souvent non marquées.

De nombreux immigrants chinois ne sont pas allés dans les champs aurifères. Certains sont devenus entrepreneurs, ouvrant des épiceries, des cabinets de médecins, des salons de coiffure, des boulangeries et des restaurants à Weaverville.

En peu de temps, Weaverville possédait un opéra et un théâtre de marionnettes pour accueillir des troupes itinérantes d'artistes chinois.

En raison de leur histoire d'associations claniques, les Chinois se sont regroupés en groupes selon la région de Chine dont ils étaient originaires. À Weaverville, quatre sociétés distinctes – Yong-Wa, Se-Yep, Neng-ong et Sam-Yep – ont été formées. En juin 1854, un groupe a été accusé d'avoir trompé les autres dans la salle de jeu chinoise de Weaverville. L'animosité grandit jusqu'à ce qu'une bataille soit appelée pour régler le différend. Portant des armes fabriquées par des forgerons locaux, les deux groupes se sont rencontrés sur le champ de bataille. La grande guerre chinoise de 1854 a vu le plus petit groupe vaincre le plus grand, avec huit hommes morts et 20 autres blessés.

Vers 1853, les résidents chinois de Weaverville ont érigé une petite maison de joss taoïste qu'ils ont nommée Won Lim Miao (temple de Won Lim). Le taoïsme, qui souscrit aux enseignements de Lao Tseu et de Chuang Tseu du IIIe siècle av. J.-C. environ, vise la sérénité par l'harmonie avec la nature. Chaque individu est censé éliminer l'ambition et atteindre la pureté et la simplicité. Cette croyance est également influencée par le bouddhisme, le confucianisme et la vénération des héros et des sages chinois.

Le premier bâtiment du temple, avec la plupart de ses meubles, a été consumé par un incendie en 1861. Les résidents chinois locaux ont alors généreusement contribué à la construction d'un nouveau temple. Cependant, en 1873, un incendie a balayé Weaverville, détruisant complètement le deuxième temple. En février 1874, les résidents ont commencé la construction du bâtiment actuel dans la section chinoise de Weaverville, mais en 1880, la population chinoise du comté de Trinity avait diminué à moins de 2 000 personnes. L'or était devenu plus difficile à trouver et beaucoup étaient partis travailler sur le chemin de fer.

En 1931, il n'y avait que 16 résidents chinois dans la ville. En 1938, après que le Won Lim Miao eut été dépouillé de bon nombre de ses meubles, qui furent rapidement récupérés et rendus, Moon Lim Lee, résident de Weaverville, fut nommé administrateur en reconnaissance de l'importance historique du temple. Pendant près de 20 ans, M. Lee a inlassablement promu le temple comme un trésor à l'échelle de l'État qui devrait être préservé pour que tous les Californiens puissent l'apprécier. En 1956, M. Lee a finalement vu son rêve se réaliser lorsque la Joss House est devenue une partie du California State Park System.

Chaque mois de février pendant le Nouvel An chinois et chaque week-end du 4 juillet, l'association Weaverville Joss House organise une célébration de la danse du lion qui attire des centaines de visiteurs dans le parc.


Barre latérale

Hôpital de la Trinité
À propos de Trinity Health

Le Dr Nico est certifié en neurologie et en neurophysiologie clinique. Diplômé de l'Université des sciences médicales de Téhéran, le Dr Nico a terminé sa résidence en neurologie et une bourse en neurophysiologie clinique à l'Université du Wisconsin à Madison. Il a conclu une bourse en médecine du sommeil au Medical College of Wisconsin à Milwaukee. Il est membre de l'Académie américaine de neurologie et de l'Académie américaine de médecine du sommeil. ","available":false>,<"title":"Margaret Nordell, MD","permalink":"https://www.trinityhealth.org/providers/margaret-nordell/" ,"specialty":" Obstétrique & Gynécologie ","specialty_name":"Obstétrique & Gynécologie","image_url":"https://www.trinityhealth.org/wp-content/uploads/2018/ 08/Margaret-Nordell-332x250.jpg","téléphone":"701-857-5703","content":"

Originaire du Dakota du Nord, le Dr Nordell a pratiqué l'obstétrique et la gynécologie dans la région de San Francisco avant de retourner dans le Dakota du Nord en 1993 pour rejoindre le Trinity Medical Group. Elle défend la santé des femmes et s'intéresse particulièrement aux problèmes liés à l'adolescence, à la grossesse, à l'ostéoporose et à la ménopause. Le Dr Nordell est certifié en obstétrique et gynécologie et membre de l'American College of Obstetrics & Gynecology. ","available":false>,<"title":"Casmiar I Nwaigwe, MD","permalink":"https://www.trinityhealth.org/providers/casmiar-i-nwaigwe /","specialty":" Maladie infectieuse ","specialty_name":"Maladie infectieuse","image_url":"https://www.trinityhealth.org/wp-content/uploads/2018 /08/CasmiarI-Nwaigwe-332x250.jpg","téléphone":"701-857-7930","content":"

Casmiar I. Nwaigwe est certifié en maladies infectieuses. Il offre des consultations d'experts et le traitement des maladies causées par des micro-organismes, y compris les infections bactériennes et virales, le VIH, la pneumonie, les infections des plaies et la maladie de Lyme. Il est également consultant sur l'utilisation rationnelle des antibiotiques et le traitement des bactéries résistantes ainsi que des conseils aux voyageurs internationaux. Le Dr Nwaigwe (prononcé WIG-way) a obtenu son diplôme de médecine de l'Université de Lagos dans son pays d'origine, le Nigeria. Il a effectué une résidence de trois ans en médecine interne et une bourse de trois ans en maladies infectieuses à l'Université de Pittsburgh en Pennsylvanie, où il a reçu des prix pour ses études et recherches universitaires. Il est membre de nombreuses organisations professionnelles, dont l'Infectious Disease Society of America, l'American College of Physicians et la Society of Internal Medicine. ","available":false>,<"title":"Cordelia Nwankwo, FNP-C","permalink":"https://www.trinityhealth.org/providers/cordelia-nwankwo /","specialty":"Médecine familiale - Trinity Homes ","specialty_name":"Médecine familiale - Trinity Homes","image_url":"https://www.trinityhealth.org/wp-content/ uploads/2018/08/Cordelia-Nwankwo-332x250.jpg","phone":"701-857-5800","content":"

Membre de notre équipe de prestataires chez Trinity Homes, Cordelia Nwankwo, FNP-C, est certifiée par l'American Academy of Nurse Practitioners. Elle travaille avec le personnel de l'établissement et les fournisseurs de soins médicaux pour répondre aux besoins médicaux des résidents des maisons de soins infirmiers. Diplômée du Kingwood College au Texas, elle a travaillé comme infirmière professionnelle agréée dans des hôpitaux et des établissements de soins de longue durée avant d'obtenir son baccalauréat ès sciences en sciences infirmières de l'Université du Grand Canyon, à Phoenix, en Arizona. Elle a également exercé en tant qu'infirmière médicale/chirurgicale et démissionnaire en soins intensifs dans les hôpitaux de Houston et de l'Arkansas. Elle a obtenu sa maîtrise en sciences infirmières à l'Université de Central Arkansas en 2016.u00a0 Membre de la Sigma Theta Tau International Honor Society of Nursing, Cordelia est mariée à l'anesthésiste John Nwankwo, MD, et ils ont trois enfants. ","available":false>,<"title":"Ronny Meunier, MD","permalink":"https://www.trinityhealth.org/providers/ronny-meunier/" ,"specialty":" Psychiatrie ","specialty_name":"Psychiatrie","image_url":"https://www.trinityhealth.org/wp-content/uploads/2018/08/Ronny -Meunier-2-332x250.jpg","téléphone":"701-857-2360","content":"

Ron Meunier, M.D., est un psychiatre spécialisé en santé comportementale, une branche de la médecine qui étudie et traite les troubles mentaux, notamment divers troubles affectifs, comportementaux, cognitifs et perceptifs. He joined Trinity Health in January 2011.u00a0 Dr. Meunier earned his Bachelor of Arts in Psychology (Honors) from the University of Alberta, Edmonton, in 1995, and received training in Marriage and Family Therapy Loma Linda University in California.u00a0 He earnedu00a0his Master of Science in Clinical Psychology from the University of Alaska,u00a0Anchorage, in 1999 and a Medical Degree from the Medical University of the Americas in Saint Kitts and Nevis in 2007.u00a0 Dr. Meunier was a Masters Level Clinician at the Southcentral Counseling Center, Anchorage, Alaska, from 1998 tou00a02002.u00a0 He served as a Psychology Intern at the Alaska Psychiatric Institute, Anchorage,u00a0from September 1997 to April 1998.u00a0 From July 2007 to June 2011, Dr. Meunier served as a PGY4 Resident at the Carilion Clinic - Virginia Tech Carilion School of Medicine Psychiatry Residency Program (formerly University of Virginia, Roanoke-Salem Program), Roanoke, Va. ","available":false>,<"title" :"Badie Alakech, MD","permalink":"https://www.trinityhealth.org/providers/badie-alakech/","specialty":" Pathology ","specialty_name":"Pathology","image_url":"https://www.trinityhealth.org/wp-content/uploads/2018/08/Badie-Alakech-2-332x250.jpg","phone":"701-857-5214","content":"

Badie Alakech, MD, is board certifiedu00a0anatomic and clinical pathology. A graduate of the University of Damascus Faculty of Medicine in Syria, he completed residency training in Pathology at the University of Texas MD Anderson Cancer Center in Houston, Texas. His training also includes post-doctoral research at the University of Texas School of Public Health in Houston and a fellowship in transfusion medicine at Bonfils Blood Center, Denver, Colorado. Prior to joining Trinity Health he was associated with the Pathology Associates of Albuquerque, New Mexico. ","available":false>]'>


A History of Greatness

“Our mission from the day we opened has been to serve the broadest population possible. We are proud of the academic, geographic, racial, ethnic and economic diversity found in our school. Our doors will remain wide open for those who seek a caring community of teachers and learners, rooted in the Gospel message of Jesus Christ.”

Robert J. Mullen Ed.D., President, Trinity High School

Trinity first opened its doors in 1953, when Archbishop John Floersh anticipated the growth of Louisville’s eastern suburbs by choosing the site of Holy Trinity School, a former Catholic church and grade school in St. Matthews. That first freshman class numbered 106 students. With the Catholic tradition of teaching and learning firmly embedded in the buildings that became Trinity, the school is now more like a small college campus comprising about 1,200 students.

Our mission: Trinity is a Catholic, college-preparatory high school, forming men of faith and men of character.


Your personalized path spans a global breadth of history.

The department of history offers students the opportunity to explore Africa, the Ancient World, Asia, Europe, Latin America, the Middle East, and the United States. Students may elect to study history on a broad scale, or focus their scope on the complexities of a specific region or era. Our small class sizes encourage close work with professors who are active and accomplished scholars. Trinity's history department also works cooperatively with other departments to offer a wide array of interdisciplinary majors and minors.

Interdisciplinary Programs

The study of history is nourished by the examination of other disciplines. Trinity's history department works cooperatively with other departments to offer a wide array of interdisciplinary majors and minors.


What does the Bible teach about the Trinity?

The most difficult thing about the Christian concept of the Trinity is that there is no way to perfectly and completely understand it. The Trinity is a concept that is impossible for any human being to fully understand, let alone explain. God is infinitely greater than we are therefore, we should not expect to be able to fully understand Him. The Bible teaches that the Father is God, that Jesus is God, and that the Holy Spirit is God. The Bible also teaches that there is only one God. Though we can understand some facts about the relationship of the different Persons of the Trinity to one another, ultimately, it is incomprehensible to the human mind. However, this does not mean the Trinity is not true or that it is not based on the teachings of the Bible.

The Trinity is one God existing in three Persons. Understand that this is not in any way suggesting three Gods. Keep in mind when studying this subject that the word “Trinity” is not found in Scripture. This is a term that is used to attempt to describe the triune God—three coexistent, co-eternal Persons who are God. Of real importance is that the concept represented by the word “Trinity” does exist in Scripture. The following is what God’s Word says about the Trinity:

1) There is one God (Deuteronomy 6:4 1 Corinthians 8:4 Galatians 3:20 1 Timothy 2:5).

2) The Trinity consists of three Persons (Genesis 1:1, 26 3:22 11:7 Isaiah 6:8, 48:16, 61:1 Matthew 3:16-17, 28:19 2 Corinthians 13:14). In Genesis 1:1, the Hebrew plural noun "Elohim" is used. In Genesis 1:26, 3:22, 11:7 and Isaiah 6:8, the plural pronoun for “us” is used. The word "Elohim" and the pronoun “us” are plural forms, definitely referring in the Hebrew language to more than two. While this is not an explicit argument for the Trinity, it does denote the aspect of plurality in God. The Hebrew word for "God," "Elohim," definitely allows for the Trinity.

In Isaiah 48:16 and 61:1, the Son is speaking while making reference to the Father and the Holy Spirit. Compare Isaiah 61:1 to Luke 4:14-19 to see that it is the Son speaking. Matthew 3:16-17 describes the event of Jesus’ baptism. Seen in this passage is God the Holy Spirit descending on God the Son while God the Father proclaims His pleasure in the Son. Matthew 28:19 and 2 Corinthians 13:14 are examples of three distinct Persons in the Trinity.

3) The members of the Trinity are distinguished one from another in various passages. In the Old Testament, “LORD” is distinguished from “Lord” (Genesis 19:24 Hosea 1:4). The LORD has a Son (Psalm 2:7, 12 Proverbs 30:2-4). The Spirit is distinguished from the “LORD” (Numbers 27:18) and from “God” (Psalm 51:10-12). God the Son is distinguished from God the Father (Psalm 45:6-7 Hebrews 1:8-9). In the New Testament, Jesus speaks to the Father about sending a Helper, the Holy Spirit (John 14:16-17). This shows that Jesus did not consider Himself to be the Father or the Holy Spirit. Consider also all the other times in the Gospels where Jesus speaks to the Father. Was He speaking to Himself? No. He spoke to another Person in the Trinity—the Father.

4) Each member of the Trinity is God. The Father is God (John 6:27 Romans 1:7 1 Peter 1:2). The Son is God (John 1:1, 14 Romans 9:5 Colossians 2:9 Hebrews 1:8 1 John 5:20). The Holy Spirit is God (Acts 5:3-4 1 Corinthians 3:16).

5) There is subordination within the Trinity. Scripture shows that the Holy Spirit is subordinate to the Father and the Son, and the Son is subordinate to the Father. This is an internal relationship and does not deny the deity of any Person of the Trinity. This is simply an area which our finite minds cannot understand concerning the infinite God. Concerning the Son see Luke 22:42, John 5:36, John 20:21, and 1 John 4:14. Concerning the Holy Spirit see John 14:16, 14:26, 15:26, 16:7, and especially John 16:13-14.

6) The individual members of the Trinity have different tasks. The Father is the ultimate source or cause of the universe (1 Corinthians 8:6 Revelation 4:11) divine revelation (Revelation 1:1) salvation (John 3:16-17) and Jesus’ human works (John 5:17 14:10). The Father initiates all of these things.

The Son is the agent through whom the Father does the following works: the creation and maintenance of the universe (1 Corinthians 8:6 John 1:3 Colossians 1:16-17) divine revelation (John 1:1, 16:12-15 Matthew 11:27 Revelation 1:1) and salvation (2 Corinthians 5:19 Matthew 1:21 John 4:42). The Father does all these things through the Son, who functions as His agent.

The Holy Spirit is the means by whom the Father does the following works: creation and maintenance of the universe (Genesis 1:2 Job 26:13 Psalm 104:30) divine revelation (John 16:12-15 Ephesians 3:5 2 Peter 1:21) salvation (John 3:6 Titus 3:5 1 Peter 1:2) and Jesus’ works (Isaiah 61:1 Acts 10:38). Thus, the Father does all these things by the power of the Holy Spirit.

There have been many attempts to develop illustrations of the Trinity. However, none of the popular illustrations are completely accurate. The egg (or apple) fails in that the shell, white, and yolk are parts of the egg, not the egg in themselves, just as the skin, flesh, and seeds of the apple are parts of it, not the apple itself. The Father, Son, and Holy Spirit are not parts of God each of them is God. The water illustration is somewhat better, but it still fails to adequately describe the Trinity. Liquid, vapor, and ice are forms of water. The Father, Son, and Holy Spirit are not forms of God, each of them is God. So, while these illustrations may give us a picture of the Trinity, the picture is not entirely accurate. An infinite God cannot be fully described by a finite illustration.

The doctrine of the Trinity has been a divisive issue throughout the entire history of the Christian church. While the core aspects of the Trinity are clearly presented in God’s Word, some of the side issues are not as explicitly clear. The Father is God, the Son is God, and the Holy Spirit is God—but there is only one God. That is the biblical doctrine of the Trinity. Beyond that, the issues are, to a certain extent, debatable and non-essential. Rather than attempting to fully define the Trinity with our finite human minds, we would be better served by focusing on the fact of God’s greatness and His infinitely higher nature. “Oh, the depth of the riches of the wisdom and knowledge of God! How unsearchable his judgments, and his paths beyond tracing out! Who has known the mind of the Lord? Or who has been his counselor?” (Romans 11:33-34).

Below is the best symbol for the Trinity we are aware of (click to expand):


Trinity’s History

Trinity proudly completed its SOC 2 Type I and Type II attestations in January of 2019 and July of 2019 respectively. SOC 2 is an auditing procedure that brings assurance to banks and lender organizations because it requires service providers to securely manage data.

For more than 40 years, IABC's Gold Quill Awards have recognized and awarded excellence in strategic communication worldwide. In 2020, Trinity was awarded an international Gold Quill of Excellence for “Trinity Giftology,” a strategeic appreciation and relationship marketing campaign designed to stay top of mind with its current customers.

In March of 2020, Trinity renewed its SOC 2 attestation, the industry's most comprehensive certification within the SOC protocol.


History of Trinity

Trinity began as a Sunday School mission in 1890 at what was then the outskirts of town. In March of 1891, 68 members petitioned their parent church, First Lutheran in Chambersburg, for a charter to be called Trinity Evangelical Lutheran Church and their petition was granted.

Trinity has had 5 different buildings as it’s place of worship and study in its life as a congregation, from a wooden chapel to the octagonal chapel which is on many historic maps of Chambersburg. And then our current Sanctuary was built in 1929, a Sunday School building was added in 1951 and in 1961 the octagonal chapel was torn down and the educational building added.

Today Trinity is known for many blessed ministries. The variety of worship is a strength with traditional and choral music as part of weekly worship and contemporary music is part of the Sunday morning worship offering.

Education continues to be a strength with a unique Confirmation Program using mentors, retreats, and service. Opportunities for education and study are offered throughout the week. And mission trips and local service can be found regularly during the year including projects with Youthworks, summer Work Camps, the Chambersburg Project, and Hope in Haiti.

Some of Trinity’s community ministries include being a Kathryn’s Kloset distributor, the annual Blessing of the Animals, being a partner congregation of LARC (Lutheran Anglicans and Roman Catholics).

In 2010, Trinity established 4 broad goals during a period of spiritual discernment to direct its future ministry:

  1. Intentionally move to function like a “program size” congregation
  2. Focus on quality adult study, small group ministries, and prayer
  3. Reach out to children in the city
  4. Improve building and grounds


Mission Statement:

“Seed – Planting and Growing in our Faith
Sow – Sharing the word of God with our community
Steward – Entrusting God to our care
Service – Showing the love of God with our community”


Voir la vidéo: NOWA ERA! CO 2 TYSIĄCE LAT ODNAWIAM ŚWIAT, TERAZ BĘDZIE 3 ODNOWIENIE. Orędzie Jezusa Chrystusa